Législatives : pas d'accord national trouvé entre La France insoumise et EELV

  • A
  • A
Législatives : pas d'accord national trouvé entre La France insoumise et EELV
Il n'y aura pas d'accord national entre La France insoumise et les écologistes à échelle nationale pour les législatives.@ JOËL SAGET / AFP
Partagez sur :

La France insoumise et EELV ne passeront pas d'accord national pour les prochaines législatives, mais des accords locaux dans certains circonscriptions restent possibles.

Aucun accord national ne sera passé entre La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon et Europe Écologie-Les Verts pour les élections législatives malgré l'appel au rassemblement des écologistes la semaine dernière. "Nous avons reçu une fin de non-recevoir de La France insoumise puisque son exigence, c'est la soumission", a déclaré vendredi David Cormand, secrétaire national d'EELV, parlant d'une décision "irresponsable". 

Des accords locaux possibles. De son côté, le directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, Manuel Bompard, a rappelé que, "comme on le dit depuis le début, on est prêt à défendre le rassemblement mais sous un même programme, avec une identité visuelle commune sur tout le territoire". "On ne va pas se diluer dans un système à géométrie variable à cinq semaines du premier tour des législatives", a-t-il ajouté. Le responsable n'a cependant pas exclu des accords locaux avec les écologistes dans certaines circonscriptions.

Accord entre EELV et le PS. David Cormand a regretté que la division de la gauche d'opposition à Emmanuel Macron, si le candidat d'En Marche ! l'emporte dimanche, lui fasse courir le risque de n'avoir qu'une vingtaine d'élus à l'Assemblée nationale. "Quand on regarde les résultats du premier tour de la présidentielle dans les circonscriptions, un rassemblement permettrait d'espérer, entre 220 et 230 députés", a-t-il estimé. EELV a passé un accord national avec le Parti socialiste, portant sur une centaine de circonscriptions - 42 réservées à EELV, 53 où il ne présente pas de candidat - en échange duquel son candidat à la présidentielle Yannick Jadot s'est désisté au profit de Benoît Hamon.