Législatives partielles : le PS au bord du KO

  • A
  • A
Législatives partielles : le PS au bord du KO
@ AFP
Partagez sur :

Éliminé dès le premier tour des élections législatives partielles dans le Nord et dans l'Aisne, le PS sera au second tour dans les Yvelines, malgré un score faible. 

L'ESSENTIEL

C'est une cuisante défaite pour le PS dans le Nord et dans l'Aisne. Le parti a été éliminé dès le premier tour des élections législatives partielles dimanche et cède sa place au Front national. Seul (mince) lot de consolation : les Yvelines, où le candidat socialiste se hisse au second tour. 

• Dans l'Aisne, Les Républicains devance le Front national 

Dans l'Aisne, le candidat des Républicains est arrivé en tête au premier tour dimanche avec 36,28%. Au second tour, ce dernier, qui est aussi le maire d'Itancourt, sera opposé à la frontiste Sylvie Saillard, qui a recueilli 28,79% des suffrages. Exit donc la candidate socialiste Anne Ferreira Costa qui n'est créditée que de 15,69% des voix. Pour cette dernière, le résultat "n'est pas une surprise" vu "la faible participation", "l'éclatement de la gauche" et "le contexte national". "Par rapport à 2012, l'ex-UMP (Les Républicains, ndlr) se maintient ou se tasse mais, contrairement au Front national, ne bénéficie pas de l'effondrement de la gauche", a réagi pour sa part Nicolas Bay, secrétaire général du Front national. 

La droite et l'extrême droite sont donc en ballottage pour remplacer Xavier Bertrand, qui a démissionné de son mandat pour se consacrer à la région Nord-Pas-de-Calais/Picardie après son élection. Concernant les autres prétendants, un candidat sans étiquette, Eric Norel (5,79%), est arrivé en 4e position, devançant deux candidats communistes, Gérard Brunel (3,80%) et Corinne Becourt (3,48%), puis ceux d'EELV (3,33%), LO (2,21%) et Belaïdi Lograda, sans étiquette (0,63%).

• Dans le Nord, duel LR/FN pour le second tour

Dans le Nord, le scénario est quasi identique. Le candidat des Républicains, Vincent Ledoux est arrivé en tête du premier tour dans la 10e circonscription. Le maire de Roncq et vice-président de la Métropole Européenne de Lille a obtenu 46,84% des suffrages. Il se trouve en ballottage face à la candidate frontiste (25,22%), lors d'un scrutin où la participation n'a atteint que 21,7%, selon la préfecture. Le candidat socialiste Alain Mezrag se place en troisième position avec 11,24% des voix. Le député sortant Gérald Darmanin (LR) qui avait démissionné en janvier pour cause de cumul des mandats s'est réjoui de cette "belle performance parce que la circonscription n'est pas de droite et parce que le Front national s'effondre malgré tout".

Pour le reste des résultats, le candidat EELV obtient 5,90% des voix, celui du PCF, 5,10%, de Lutte Ouvrière, 2,96%, du MRC (Mouvement Républicain et Citoyen), 1,24% et un candidat DVD, 1,49%. 

• Dans les Yvelines, le PS se maintient malgré un score très faible

Le Parti socialiste sauve les apparences dans les Yvelines, en se maintenant au second tour malgré un score faible. Son candidat Tristan Jacques recueille 12,98% des suffrages, loin derrière les 46,05% de son opposant des Républicains le maire de Vélizy, Pascal Thévenot, soutenu par l'UDI et le MoDem. Le candidat de la droite devrait, sauf énorme surprise, succéder à Valérie Pécresse qui avait laissé son siège vacant après son élection à la tête de la région Ile-de-France. Ce dernier devrait, en plus, bénéficier des soutiens de Didier Blanchard, divers droite (4,32%) et surtout de Benjamin La Combe, étiqueté "Yvelines pour tous", résurgence de la Manif pour Tous (9,56%).

Le candidat frontiste réalise lui un score bien en-deçà de ceux du Nord puisqu'il ne recueille que 9,38% des voix. A gauche, Max Alain Obadia (Nouvelle Donne) recueille 4,88% des voix, Colette Gergen (PCF) 3,58% et Jérémy Bizet (France Ecologie) 1,98%. EELV, emmené par Juliette Nitecki Sniter, réalise quant à elle le score de 7,27%.