Législatives : Mélenchon candidat dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, une question de "démocratie" estime Raquel Garrido

  • A
  • A
Partagez sur :

Dans "Ça pique mais c'est bon", la porte-parole de La France Insoumise est revenue sur le choix de Jean-Luc Mélenchon de se présenter dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. 

INTERVIEW

Raquel Garrido a du pain sur la planche. Après avoir épaulé Jean-Luc Mélenchon pendant la campagne présidentielle, c'est à celle des législatives que la porte-parole de la France insoumise doit désormais s'attaquer. Son leader, Jean-Luc Mélenchon, se présente dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Invitée de Ça pique mais c'est bon vendredi, Raquel Garrido s'est confiée sur la manière dont elle communique avec l'ancien candidat à la présidentielle.

Jean-Luc Mélenchon "me fait une totale confiance". "Je fonctionne avec lui par télépathie, on communique peu", indique-t-elle avec une pointe d'humour. Pas d'animosités entre les deux, mais une répartition des tâches claire. "Dans mes tâches, je sais quoi faire. Et la raison pour laquelle j’ai cette responsabilité, c’est parce que je n’ai pas besoin qu’il me dise quoi faire. Il me fait une totale confiance", assure Raquel Garrido.

La candidature de Mélenchon, une question de "démocratie". Le leader de la France insoumise aura besoin de ce savoir-faire pour mener à bien sa campagne en terre phocéenne, et notamment pour répondre aux critiques de parachutage dont il est l'objet. Pour Raquel Garrido, la candidature de Jean-Luc Mélenchon à Marseille, notamment face à Patrick Mennucci (PS), n'est autre qu'une question de "démocratie". "40% des Marseillais de cette circonscription ont voté Mélenchon au premier tour. Donc la question est : par qui vont être représentés les Insoumis marseillais ? Par un Insoumis, on est d’accord", rétorque la porte-parole. "Ce qui ne serait pas démocratique, ce serait que ces Insoumis soient représentés par des notables locaux qui, à la dernière seconde diraient que la politique nationale n’a rien à voir avec la politique locale".