Législatives : Sarkozy s'affiche avec Baroin, De Haas défie El Khomri

  • A
  • A
Législatives : Sarkozy s'affiche avec Baroin, De Haas défie El Khomri
Les deux hommes ont assisté au match opposant Troyes (ville dont François Baroin est maire) à Lorient en barrage de la Ligue 1.
Partagez sur :

L’ŒIL DES LÉGISLATIVES - Au menu de vendredi : un duel à haut risque à Paris entre Caroline De Haas et Myriam El Khomri, un nouveau sondage encourageant pour La République En Marche! d'Emmanuel Macron, et une photo de Nicolas Sarkozy venu soutenir François Baroin.

L'OEIL DES LÉGISLATIVES

Duels attendus, histoires décalées, déclarations fracassantes… Avec "L'œil des législatives", suivez chaque jour sur Europe1.fr le meilleur de la campagne.

#Le duel : De Haas défie El Khomri à Paris

Ce duel a commencé il y a maintenant plus d'un an, lorsque Caroline De Haas, figure du militantisme féministe, avait lancé une pétition contre la loi Travail portée par Myriam El Khomri. Devenue le fer de lance de la contestation, Caroline De Haas a décidé de poursuivre son engagement en se présentant aux législatives face à l'ancienne ministre, dans la dix-huitième circonscription de Paris. Le choc s'annonce rude. D'un côté, Myriam El Khomri est bien implantée, élue ici depuis 2008. De l'autre, Caroline De Haas est soutenue par le PCF, EELV et même Benoît Hamon. Et mise tout sur le symbole de ce duel pour l'emporter face à l'ex-membre d'un gouvernement si impopulaire. Mais le jeu pourrait bien être troublé par la multiplication des candidatures dans cette circonscription. Avec 26 candidats en tout, difficile de s'aventurer à faire des pronostics.

#La photo : Sarkozy s'affiche avec Baroin

Nicolas Sarkozy est venu rendre visite à François Baroin jeudi soir. A priori, rien de politique là-dedans : les deux hommes ont assisté au match opposant Troyes (ville dont François Baroin est maire) à Lorient en barrage de la Ligue 1. Mais la photo, prise par l'AFP, prend les couleurs de la campagne des législatives. François Baroin, qui pilote celle des Républicains, est en difficulté : son camp, distancé par LREM, ne décolle pas dans les sondages. Et chez LR, on a l'habitude d'appeler Nicolas Sarkozy au secours quand on sent qu'une campagne s'enlise.

Sarko-Baroin

#Le petit parti : L'Alliance royale

Au cas où vous vous poseriez la question, oui, les royalistes existent encore. Et se présentent aux élections législatives, sous la bannière de l'Alliance royale. "La solution royale est la seule réponse possible à la profonde crise institutionnelle, politique, sociale et morale que traverse notre pays, crispé dans la justification d’un système politique en faillite", estiment ainsi les responsables du parti. Celui-ci présente 17 candidats au total.

#Le sondage : LREM toujours en tête

La République en Marche! (LREM) arrive largement en tête des intentions de vote au premier tour des élections législatives. Un nouveau sondage OpinionWay le confirme vendredi. Avec 28% des voix, soit une augmentation d'un point depuis la dernière enquête, le mouvement d'Emmanuel Macron arrive devant LR (20%) et le FN (19%). Suivent ensuite les candidats de la France Insoumise (15%) et ceux du PS et de ses alliés (10%). Avec de tels résultats au premier tour, LREM peut espérer remporter entre 310 et 330 sièges au second. Et donc avoir la majorité absolue à l'Assemblée.

#Le tweet : Danielle Simonnet en campagne dans le métro

Candidate pour la France Insoumise dans la sixième circonscription de Paris, Danielle Simonnet a décidé de se lancer dans une campagne décalée. La conseillère de Paris a choisi une "criée dans le métro" pour faire passer ses idées. Sur la ligne 2, accompagnée de deux militants, elle interpelle les voyageurs matinaux et les encourage à voter France Insoumise. La mise en scène, presque parfaite, a été capturée dans une vidéo que la candidate a postée sur Twitter, vendredi.



#La pause Lab : quand Vallaud-Belkacem imite Vianney

Candidate aux législatives dans le Rhône, Najat Vallaud-Belkacem ne consacre pas l'intégralité de sa vie à la politique. Elle aime aussi la musique. Et va jusqu'à écrire des chansons, comme elle l'explique dans les colonnes du Parisien Magazine vendredi. "J'en éprouve le besoin, c'est un exutoire", dit-elle. "J'écris en alexandrins, souvent. Je parle de faits de société, à la façon d'un Calogero ou d'un Vianney aujourd'hui. La chanson, pour moi, permet de dire l'indicible, la douleur. Elle est de salubrité publique." Des déclarations repérées par Le Lab d'Europe 1

#La décla : les législatives seront "le juge de paix" pour Ferrand

L'affaire Ferrand empoisonne encore et toujours le gouvernement. Le ministre de la Cohésion des Territoires, également candidat aux législatives dans son fief du Finistère, a été épinglé par le Canard Enchaîné pour une opération immobilière concernant sa compagne. Le Premier ministre, Édouard Philippe, a pris la parole vendredi pour prendre sa défense, affirmant qu'il avait toujours "confiance" en son ministre. "Il n'y a pas de procédure juridictionnelle en cours, il n'y a donc pas une affaire, il y a un débat", a-t-il déclaré. "Ce débat, il est politique et il sera tranché par ceux qui sont les plus à mêmes et les mieux à même de trancher les débats politique qui sont les électeurs et les citoyens français." Autrement dit, les législatives seront "le juge de paix" pour Richard Ferrand. Une déclaration faite quelques heures avant que le parquet de Brest n'annonce qu'il n'ouvrirait pas d'enquête.