Législatives : les règles en cas de décès

  • A
  • A
Législatives : les règles en cas de décès
@ MAXPPP
Partagez sur :

ZOOM - Le scénario vient de se produire en Meurthe-et-Moselle où le candidat FN est mort.

Olivier Prugneau, candidat du FN aux législatives dans la 5e circonscription de Meurthe-et-Moselle, est mort dimanche. Agé de 52 ans, il devait affronter la députée sortante et ancienne ministre UMP Nadine Morano. Son suppléant, Lionel Vinquant, le remplace dès ce lundi.

Ce triste scénario est prévu par le code électoral. "Lorsqu'un candidat décède postérieurement à l'expiration du délai prévu pour le dépôt des déclarations de candidatures, son remplaçant devient candidat et peut désigner un nouveau remplaçant", peut-on lire à l’article L163 du code électoral. En clair, le suppléant du candidat décédé devient le candidat, et un nouveau suppléant doit être choisi.

"J'irai lundi à la préfecture pour voir selon quelles modalités nous pourrons désigner un nouveau suppléant", a déclaré à l’AFP Jean-Luc Manoury, secrétaire départemental du FN en Meurthe-et-Moselle.

Une hypothèse valable aussi bien pour le premier et le deuxième tour, précise Slate.fr. Le scénario s'est d'ailleurs déjà produit en 1978.  André Boulloche, candidat aux législatives dans le Doubs, s’était tué en avion entre les deux tours des législatives et avait été remplacé par son  suppléant, Guy Bèche.