Législatives : le pari très risqué de Bruno Le Maire en Normandie

  • A
  • A
Législatives : le pari très risqué de Bruno Le Maire en Normandie
Bruno Le Maire vise un troisième mandat de député dans sa circonscription de l'Eure. @ Martin BUREAU / AFP
Partagez sur :

Le nouveau ministre de l’Economie brigue un troisième mandat dans l’Eure. 

REPORTAGE

Tout ministre battu aux législatives devra démissionner. La règle, édictée jeudi par le président de la République Emmanuel Macron, est très claire. Six membres du gouvernement sont concernés : Mounir Mahjoubi, Marielle de Sarnez, Annick Girardin, Richard Ferrand et Christophe Castaner et Bruno Le Maire. Ce dernier vise un troisième mandat de député dans sa circonscription de l'Eure. Un pari plutôt risqué pour le tout nouveau ministre de l’Economie.

Quitte ou double pour Le Maire ? Dans ce département plutôt rural de Normandie, Marine Le Pen est arrivée largement en tête au premier tour de l’élection présidentielle avec 29,3% des suffrages exprimés, 10 points devant Emmanuel Macron. C'est donc quitte ou double pour Bruno le Maire, selon son adversaire FN aux législatives, Fabienne Delacour : "Je ne comprends pas son objectif de se présenter alors que s’il est battu, et c’est ce qu’on espère, il sera obligé de démissionner".

Des électeurs perturbés. Le FN d'un côté, Les Républicains de l'autre : Bruno Le Maire est pris en tenaille. Exclu de son parti, il devrait se présenter sans étiquette et aura un autre candidat de droite face à lui. Une division qui perturbe toujours un peu plus les électeurs fillonistes, qui ont voté à 19% pour lui le 23 avril dernier. "Là, il revient nous emmerder et on est un peu énervés de cette façon d’agir", laisse aller cet électeur de droite. "On se rend compte que Monsieur Le Maire ne tient qu’à une chose, avoir un portefeuille". "Ça ne me dérange pas", estime un autre sympathisant LR. "Je les trouve d’ailleurs un peu nul Les Républicains de l’exclure".

Dernier obstacle pour Bruno Le Maire : séduire des électeurs En Marche! un peu désarçonnés. Ils se retrouvent sans candidat dans cette circonscription et avec un vote Le Maire, proche de la nouvelle majorité présidentielle. Sacré casse-tête.