Législatives : le FN va ré-investir des candidats dont la candidature avait été suspendue

  • A
  • A
Législatives : le FN va ré-investir des candidats dont la candidature avait été suspendue
Le Front national a annoncé qu'il réinvestirait tous ses candidats aux législatives dont la candidature avait été "suspendue" après le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan.@ AFP
Partagez sur :

Le Front national a annoncé qu'il réinvestirait tous ses candidats aux législatives dont la candidature avait été "suspendue" après le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan.

Le Front national a annoncé à ses cadres qu'il réinvestirait tous ses candidats aux législatives dont la candidature avait été "suspendue" après le ralliement du président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen avant le second tour de la présidentielle, selon un mail interne consulté dimanche par l'AFP.

"Aucun retrait réciproque prévu". "L'accord politique conclu avec nos partenaires de Debout la France n'inclura aucun retrait réciproque dès le premier tour des élections législatives. Le Front national présentera donc des candidats dans la totalité des 577 circonscriptions. De son côté, DLF sera également présent dans de nombreuses circonscriptions ce qui n'empêchera pas l'unité au second tour, comme ce fut le cas à la présidentielle", ont été prévenus les responsables du parti.

Debout la France présent "quasiment" partout. Samedi, Debout la France avait annoncé qu'il avait investi des candidats aux législatives "dans la quasi-totalité des circonscriptions", y compris face au FN, en précisant: "comme cela a toujours été prévu".

Avant le second tour de la présidentielle, un haut responsable frontiste avait expliqué qu'"un principe d'accord" avait été passé entre les deux formations politiques portant "sur des candidatures FN et DLF distinctes dans l'immense majorité des circonscriptions, avec des désistements réciproques au second tour".

"Pas de retrait et de soutien réciproque". DLF a précisé samedi qu' "il n'y aura pas de retrait et de soutien réciproque organisé avant le 1er tour", car "les Français doivent avoir le choix entre plusieurs offres politiques patriotes, surtout au moment où voter Républicains revient à signer un chèque en blanc à Emmanuel Macron".