Législatives : la soirée du second tour dans les yeux d'Emmanuel Macron

  • A
  • A
Partagez sur :

Le président de la République a célébré la victoire de La République en marche! lors du second tour des législatives dimanche soir, mais sans triomphalisme. La faute notamment à la forte abstention lors du scrutin.

Un sourire, mais pas d'effusion de joie. Voilà comment Emmanuel Macron a célébré la victoire de son parti, La République en marche!, qui a obtenu la majorité absolue à l'Assemblée nationale après le second tour des élections législatives, dimanche. Une cinquantaine d'invités, la plupart des ministres, le cabinet du président et quelques amis marcheurs de la première heure, étaient présents à l'Elysée pour la soirée.

"Souriant mais grave." Emmanuel Macron ne s'est montré qu'une trentaine de minutes, juste après 20 heures. Il était "souriant mais grave", confie l'un des convives présents. "Il n'y a eu aucune expression de joie dans l'assistance", malgré la majorité absolue, poursuit-il. Le président n'a pas prononcé de discours, se contentant d'aller de groupe en groupe, discutant à voix basse avec les uns et les autres.

L’abstention "nous oblige à réussir". "Il était sincèrement obsédé par l'abstention. Elle nous oblige à réussir", raconte un vieil ami. Avec 56,64%, l'abstention a atteint un niveau encore jamais vu sous la Vème République pour un second tour d'élections législatives.

Un soldat français meurt au Mali. Le président de la République a ensuite rejoint son bureau à l'étage, où l'attendait son chef d'Etat-Major particulier, aux alentours de 20h30. Un soldat français est mort accidentellement au Mali.

Nouveau gouvernement avant jeudi. Plus tard dans la soirée, le chef de l'Etat a, à nouveau, échangé avec son Premier ministre. Ce dernier doit lui présenter sa démission lundi, ou mardi. Emmanuel Macron souhaite que le gouvernement Edouard Philippe II soit formé avant jeudi matin. Les éventuels nouveaux entrants feront l'objet des vérifications de probité par la haute autorité et la direction des finances, comme lors de la composition du premier gouvernement du quinquennat d'Emmanuel Macron.