Législatives : la République en marche au secours de ses candidats

  • A
  • A
Partagez sur :

Certains candidats qui vont se présenter sous l'étiquette "La République en Marche!" lors des prochaines élections législatives n'ont encore jamais fait de politique. Pour les aider à se lancer, le parti a tout prévu.

Emmanuel Macron travaille sur la liste des 577 candidats qui représenteront "La République en marche!" lors des prochaines élections législatives. Si certains sont habitués aux campagnes électorales, d'autres n'ont jamais fait de politique. Il leur faudra donc se mettre dans le bain très rapidement et le parti va les y aider. Les meetings, les caméras, le terrain... Tout cela sera nouveau pour eux mais le président élu a le souci du détail.

Un modèle de tract. Par exemple, un modèle de tract déjà prêt à être distribué a été conçu, tout comme des affiches, sur lesquelles apparaît le visage du successeur de François Hollande à l'Elysée. Des sessions de média training pour aider les candidats à s'exprimer devant les journalistes sont également au programme. Un numéro d'urgence, sorte de hotline pour les candidats en manque de repères, a même été mis en place.

Soutien financier. Le soutien de "La République en marche!" à ses candidats concernera également le volet financier de la campagne, estimée entre 20.000 et 30.000 euros par circonscription. Normalement, ce sont les candidats eux-mêmes qui doivent assumer ces frais, mais là encore le parti va soutenir ceux qui n'ont pas pu emprunter ou miser leurs économies, avec les dons qui n'ont pas servi lors de la campagne présidentielle.

Une liste de CV d'assistants parlementaires. Et ce n'est pas tout ! Depuis le mois de janvier, les équipes d'Emmanuel Macron ont planché sur un fichier contenant des dizaines de CV d'assistants parlementaires rôdés, qui aideront les nouveaux venus à se familiariser avec l'Assemblée nationale et ses rouages.

Objectif vitesse et efficacité. En ce qui concerne le parti plus globalement, des postes-clés, une quarantaine en tout, ont été identifiés. Cela va des commissions parlementaires au "perchoir" de l'Assemblée. L'objectif pour Emmanuel Macron ? Aller vite et réussir le pari de dégager une majorité parlementaire.