Législatives : la guerre des droites reprend dans les Hauts-de-Seine

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Edouard Philippe était lundi à Boulogne-Billancourt pour soutenir Thierry Solère, candidat LR et ancien porte-parole de François Fillon.

REPORTAGE

Le Premier ministre est en campagne pour un candidat… des Républicains. Edouard Philippe était lundi à Boulogne-Billancourt pour soutenir l’ancien porte-parole de François Fillon, Thierry Solère qui se représente dans la 9e circonscription des Hauts-de-Seine, avec l’étiquette LR. Le député sortant est considéré comme Macron-compatible, La République en marche! n’ayant investi aucun candidat face à lui.

"Construire pour faire avancer le pays". C’est dans un café, autour d’une bière, qu’Edouard Philippe s’affiche avec Thierry Solère. "Je viens soutenir un ami, et puis je viens soutenir aussi un député qui a pris une position politique qui m'intéresse, en refusant l'opposition systématique, en refusant cette posture selon laquelle il faudrait s'opposer à tout, sur tout, tout le temps, mais au contraire essayer de construire pour faire avancer le pays", explique Edouard Philippe au micro d'Europe 1.

"Je serai un député constructif". Thierry Solère a beau avoir été porte-parole de François Fillon, le candidat malheureux de la droite à la présidentielle, il se voit bien soutenir l’action de son ami, devenu le Premier ministre d’Emmanuel Macron. "C'est un homme de droite et je souhaite que mon pays se redresse. Je serai un député constructif, c’est-à-dire que je voterai toutes les réformes qui iront dans le bon sens", fait valoir celui qui est aussi conseiller régional d’Île-de-France.

La guerre des droites. Un positionnement qui lui vaut une candidature de droite dissidente : Marie-Laure Godin se dresse sur sa route, avec pour suppléant le maire de Boulogne-Billancourt, Pierre Christophe-Baguet. Et ce dernier ne mâche pas vraiment ses mots lorsqu'il est question de Thierry Solère. "En pleine recrudescence des attentats, je m'étonne que le Premier ministre n'ait pas plus important à son emploi du temps que de venir soutenir le cas désespéré d'un candidat ambigu, poursuivi pour fraude fiscale", tacle-t-il.

Une accusation qui lui vaudra une plainte en diffamation de la part de Thierry Solère. Comme à chaque scrutin, Boulogne-Billancourt rejoue la guerre des droites.

>> Retrouvez tous les candidats aux élections législatives en cliquant ici