Législatives : la gauche en tête

  • A
  • A
Législatives : la gauche en tête
Sondages : la gauche à même d'obtenir une nette majorité de sièges (Ipsos/Logica)@ MAXPPP
Partagez sur :

SONDAGES - A cinq jours du premier tour, le PS et ses alliés restent favoris pour les législatives.

A J-5 du premier tour des législatives, la gauche reste la favorite du scrutin, selon deux sondages publiés mardi. Toutefois, selon ces projections, le PS aura besoin de ses partenaires pour gouverner.

Ainsi selon l’institut Ipsos-Logica consulting pour Radio France, la gauche est à même d'obtenir une nette majorité de sièges aux législatives des 10 et 17 juin, même si la droite parlementaire devancerait de peu le PS en voix au premier tour.

La gauche favorite pour l’élection

Le PS et ses alliés Divers gauche sont ainsi crédités à eux seuls de 249 à 291 députés, la majorité absolue étant atteinte à 289 voix.

Si le Parti socialiste ne réussit pas à atteindre ce seuil fatidique de 289, elle devra composer alors avec ses alliés. Les radicaux de gauche, soutiens de François Hollande dès la campagne présidentielle, en obtiendrait devant le même sondage de 14 à 16 sièges, le MRC de Jean-Pierre Chevènement de 2 à 4, et Europe Ecologie - Les Verts, qui participe au gouvernement Ayrault, de 17 à 23.

Le Front de gauche, qui a soutenu le candidat PS entre les deux tours de l'élection présidentielle, pourrait avoir de 21 à 23 députés, selon cet institut. Soit un total gauche de 303 à 357.

L'UMP aurait de 209 à 255 élus à l'Assemblée, le Nouveau Centre de 9 à 14 et le Parti radical de Jean-Louis Borloo de 2 à 5. Soit un total pour la droite de 220 à 274.

Un premier tour au coude à coude

Le MoDem de François Bayrou et le Front national de Marine Le Pen sont tous deux crédités de 0 à 3 députés.

Selon un autre sondage, LH2 pour Le Nouvel Observateur, l'UMP et le PS seraient toutefois au coude à coude au premier tour du scrutin qui aura lieu ce dimanche. L’UMP est ainsi créditée de 30,5% des intentions de vote, contre 30% pour le PS.

Enfin, l’institut souligne que seulement "59% des Français inscrits sur les listes électorales ont exprimé une intention de vote, un taux qui peut laisser présager une abstention importante".