Législatives : Juppé jette l'éponge

  • A
  • A
Législatives : Juppé jette l'éponge
Législatives: Alain Juppé annonce qu'il ne sera pas candidat@ REUTERS
Partagez sur :

Alain Juppé a annoncé, lundi, qu'il ne serait pas candidat aux législatives en Gironde.

"J'ai décidé de ne pas être candidat dans la deuxième circonscription", de Bordeaux. Au lendemain de la présidentielle et de la défaite de Nicolas Sarkozy, Alain Juppé a annoncé à Bordeaux qu'il ne serait pas candidat aux élections législatives de juin prochain.

Pourquoi jeter l'éponge à un mois seulement du scrutin ? "Je n'ai jamais fui le combat dans ma vie politique", a répondu le ministre des Affaires étrangères, expliquant qu'il souhaitait se consacrer "à sa tâche municipale" et à la préparation des prochaines élections dans la municipalité en 2014. Puis, "les citoyens comprennent de moins en moins le cumul des mandats", a-t-il ajouté lors d'un point de presse.

Ballotage défavorable 

Dans cette circonscription, Alain Juppé était surtout en ballotage défavorable face à la députée socialiste sortante, Michèle Delaunay, expliquait il y a quelques jours le journal Sud Ouest.

Au premier tour de la présidentielle, à Bordeaux, François Hollande avait réalisé le meilleur score avec 33% des suffrages bordelais, contre 28,68% pour Nicolas Sarkozy. Au second, le socialiste avait également fait un très joli score réunissant 57% des voix.

Voici les résultats de Bordeaux :

bdx

Législatives de 2007, un mauvais souvenir

Nicolas Florian, secrétaire général de l'UMP pour la Gironde, aura la charge de se présenter face à Michèle Delaunay, qui l'avait emporté il y a cinq ans alors qu'Alain Juppé voulait reprendre cette circonscription abandonnée à la suite de sa condamnation en justice dans l'affaire des emplois fictifs à la mairie de Paris.

Il avait alors échoué, perdant en même temps son maroquin dans le gouvernement Fillon I. Devant les caméras d'alors, le maire de Bordeaux avait laissé échappé sa colère.





Depuis lors, les législatives étaient restées un très mauvais souvenir pour le ministre des Affaires étrangères.