Législatives : douze figures du PS appellent à "réinventer la gauche"

  • A
  • A
Législatives : douze figures du PS appellent à "réinventer la gauche"
Najat Vallaud-Belkacem fait partie des signataires de la tribune publiée dans "Libération".@ STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :

Douze personnalités du PS, parmi lesquels trois anciens ministres, appellent à voter pour la gauche qu'ils incarnent lors des prochaines législatives.

Douze figures du Parti socialiste (PS), dont les anciens ministres Najat Vallaud-Belkacem, Mathias Fekl et Estelle Grelier, appellent lundi dans une tribune publiée par Libération à "réinventer la gauche de demain", et à voter pour la gauche qu'ils incarnent lors des élections législatives des 11 et 18 juin. Les auteurs, parmi lesquelles le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale Olivier Faure, la présidente du conseil régional d'Occitanie Carole Delga, les maires de Nantes et Rennes Johanna Rolland et Nathalie Appéré et plusieurs proches de Manuel Valls (Olivier Dussopt, Mathieu Klein et André Viola), ont lancé en parallèle une pétition en ligne (à signer sur www.reinventerlagauche.fr).

"Une gauche" entre Macron et Mélenchon. "Le Parti socialiste, réduit à un score historiquement bas (lors de la présidentielle, le candidat investi par le parti, Benoît Hamon, a réalisé seulement 6,40% des voix au premier tour, ndlr), doit revoir son discours et son projet : une refondation est indispensable pour redonner des perspectives à la gauche", écrivent ces socialistes.

Récusant l'idée qu'il y ait des gauches "irréconciliables", ils assurent qu'il "y a, il y aura une gauche entre Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon". "Voici pourquoi il faut voter à gauche, pour cette gauche, pour ces valeurs, lors des élections législatives des 11 et 18 juin", plaident-ils.

Cinq chantiers majeurs avancés. Pour ces élus socialistes, "l'avenir de la gauche ne réside ni dans une lente dérive gauchiste (...) ni dans la voie du social-libéralisme, qui renoncerait à transformer le réel pour seulement s'y adapter et qui chercherait à rester à tout prix au pouvoir."

"Notre choix, c'est celui de la social-écologie réformiste qui transforme la société en profondeur et répond aux nouveaux défis du 21ème siècle", soulignent-t-ils, avant de lister cinq chantiers majeurs : justice sociale et égalité réelle; transition écologique de l'économie; démocratie; Europe, et affirmation du "rôle des territoires dans la mise en oeuvre de ces transitions".