Législatives : Dessus dans les pas de Hollande

  • A
  • A
Législatives : Dessus dans les pas de Hollande
Sophie Dessus pourrait récupérer le siège laissé vacant par François Hollande à l'Assemblée nationale.@ MAXPPP
Partagez sur :

La vice-présidente de Corrèze, qui avait été "gentiment draguée" par Chirac, brigue la députation.

Pour beaucoup, son visage n’est pas inconnu. Son nom, en revanche, peu de gens le connaissent. Mais Sophie Dessus pourrait bientôt ne plus être éternellement celle qui a été l’objet de la cour de Jacques Chirac. Actuellement vice-présidente du conseil général de Corrèze, celle qui est aussi maire du village d’Uzerche pourrait faire son entrée en juin à l’Assemblée nationale. C’est elle qui doit en effet reprendre la première circonscription de Corrèze, laissée vacante par François Hollande.

Sophie Dessus était d’ailleurs tout proche du président élu lors des adieux de ce dernier au personnel du conseil général. "Même président de la République, pour l’instant il n’a pas changé et il ne changera pas", a-t-elle affirmé par la suite, interrogée par BFMTV. "A la fois de l’humour, de la nostalgie, de la fierté. Et remercier les Corréziens de tout l’apport qu’ils lui ont amené. Parce que c’est eux qui ont fait cet homme politique, depuis 31 ans, quand il est arrivé jeune homme", a conclu l’élue.

Scène culte

La nomination de Sophie Dessus à la candidature dans la première circonscription de Corrèze, celle de Tulle-Ussel, n’est qu’une formalité. Alors que d’autres leaders socialistes locaux avaient envisagé de se présenter, la maire d’Uzerche reste finalement seule en lice. La validation, de pure forme, de sa candidature, doit avoir lieu vendredi soir. La route vers l’Assemblée paraîtra alors dégagée. En 2007, alors que la dynamique était favorable à la droite, François Hollande avait en effet été réélu député avec 60,25% des suffrages exprimés.

Jusqu’alors, Sophie Dessus était donc "celle-qui-avait-été-draguée-par-Jacques-Chirac". En juin 2009, à l’occasion d’une inauguration d’un musée en Corrèze, Bernadette Chirac prononçait un discours pendant que son mari glissait des bons mots à Sophie Dessus. Le regard noir de l’ex-Première Dame et la tête déconfite de Jacques Chirac, immortalisés par les caméras du Petit Journal de Canal +, sont restée cultes. Et toute la scène se déroulait sous les yeux d’un… François Hollande franchement rigolard.

Revisionnez cette séquence culte :