Législatives : cette nouvelle liste En marche! qui ménage la droite

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Les investitures de la République en marche! pour les législatives laissent le champ libre à plusieurs figures de la droite, jugées susceptibles de collaborer avec une éventuelle future majorité présidentielle.

INFO EUROPE 1

La République en marche! a publié lundi soir une nouvelle liste de candidats aux législatives : 511 investitures sont désormais connues. Les nouveaux noms dévoilés font la part belle au MoDem après une période de tension entre le parti et son allié, François Bayrou. La liste définitive ne sera connue qu'"en milieu de semaine", mais au lendemain de la nomination d'Edouard Philippe à Matignon, le parti d'Emmanuel Macron a déjà fait son choix, celui d’épargner une trentaine de ténors LR, selon une information d’Europe 1.  

31 circonscriptions réservées aux Macron-compatibles. Pour ces figures de la droite, le chemin vers l’Assemblée nationale vient de se transformer en voie express. Bruno Le Maire, Thierry Solère, Benoist Apparu et Franck Riester font notamment partie de ces Républicains jugés Macron-compatibles. En Marche! a choisi de ne pas leur mettre de bâtons dans les roues. En tous, ce sont 31 circonscriptions réservées par le mouvement d’Emmanuel Macron à des figures de la droite, au nom de la recomposition politique mais aussi de l’ouverture.

Deux cas de figure ont été mis en place : soit les candidats de droite n’auront pas d’adversaire étiqueté Macron devant eux, soit, comme c'est le cas pour Nathalie Kosciusko-Morizet face à Gilles Le Gendre dans la 2e circonscription de Paris, ils affronteront des candidats qui, de l’aveu même d’En Marche!, ne risquent pas de leur faire de l’ombre.

35 circonscriptions gagnables attribuées au MoDem. En tous, sur 577 circonscriptions, la République en marche! présentera entre 550 et 560 candidats. Près de 80 d’entre-deux représenterons le MoDem, dont 35 dans des circonscriptions jugées gagnables, de quoi calmer la colère de François Bayrou. "Il voulait plus, mais pour lui, c’est déjà très bien payé", lâche un responsable d’En Marche!.