Législatives : ces candidats qui détonnent

  • A
  • A
Législatives : ces candidats qui détonnent
Patrice Devret, Caline Bara, l'Elglise de la Très Sainte Consommation ou encore Dieudonné sortent du lot aux législatives. Même si la défaite leur est promis.
Partagez sur :

Par leur histoire, leur parcours ou leur nom, ils sont atypiques. Pour le meilleur et pour le pire.

Pour ceux-là, la campagne des élections législatives est plus une occasion de se mettre en avant que de briguer réellement la députation. Ceux-là, ce sont ces candidats qui n’ont aucune chance réelle de victoire mais qui sortent du lot des 6.611 prétendants, que ce soit par leur personnalité, leur parcours, voire leur nom de famille. Europe1.fr dresse une liste, forcément non exhaustive, de ces candidats atypiques.

LES VIEILLES CONNAISSANCES

Dieudonné, l’ex-humoriste

dieudonne 620620 maxppp

© MAXPPP

Dieudonné ne désarme pas. Quasiment absent de la scène médiatique désormais, l’humoriste controversé retente sa chance à Dreux, dans la 2e circonscription d’Eure-et-Loir. C’est là même qu’il s’est présenté pour la première fois, pour contrer Marie-France Stirbois candidate du Front national. Depuis, Dieudonné a dérapé, prononçant à plusieurs reprises des propos taxés d'antisémitisme. Depuis aussi, il s’est rapproché du Front national, qu’il avait pourtant combattu pendant des années. Cette fois, il se présente sous la bannière du très radical Parti antisioniste.

Patrice Drevet, ex-monsieur Météo

patrice drevet 620620 maxppp

© MAXPPP

Ce ne sera pas une première pour Patrice Drevet. L’ancien animateur d’Antenne 2, puis de France 2, a déjà sollicité les suffrages des Français aux élections municipales en 2008, à Pézenas, aux européennes de 2009, dans la circonscription Sud-Ouest, et aux régionales de 2010 en Languedoc-Roussillon. A chaque fois sans grand succès, puisqu’il n’a jamais dépassé les 5% de voix. Il s’essaye cette fois aux élections législatives, sous les couleurs du Parti radical de Jean-Louis Borloo, qui l’a contacté en personne.

Ce sera dans la première circonscription de l’Hérault, et il y affrontera  notamment Jean-Louis Roumégas, soutenu par le PS et les verts, et Christian Jeanjean, investi par l’UMP. Il sera donc difficile pour l’ex-monsieur Météo d’exister dans cette élection.

LES INCLASSABLES

Céline Bara, classée X

celine bara 620620 maxppp

© MAXPPP

C’est forte d’un palmarès de 180 films pornographiques que Céline Bara tente sa chance aux législatives. L’actrice se présente dans la première circonscription de l’Ariège, et défend des idées d’extrême-gauche. "Complètement anticapitaliste", martèle cette jeune femme brune de 33 ans qui se présente sous la bannière du MAL (Mouvement antithéiste et libertin), qu’elle a elle-même fondé avec son mari Cyrille, qui est aussi son suppléant. La jeune femme a par ailleurs passé 9 mois en prison pour "agression avec préméditation". Pas une tendre, donc.

Charles-Philippe d’Orléans, royal centriste

charles philippe d'orleans maxppp 620620

© MAXPPP

Avec un tel patronyme, difficile de passer inaperçu. Charles-Philippe d’Orléans est, comme son nom l’indique, membre de la famille royale. Mais il n’est pas le prétendant au Trône de France, seulement son neveu. Surtout, celui qui brigue l’un des sièges réservés aux Français de l’étranger n’est pas royaliste, jure-t-il. S’il se présente sans étiquettes, il revendique "une certaine appartenance à la famille centriste" et se présente surtout comme un "républicain". Etonnant pour le Duc d’Anjou, qui aura fort à faire face à 12 candidats.

L’église de la Très Sainte Consommation

Alessandro Di Giuseppe dr 620620

© CAPTURE D'ECRAN

"Travaille, obéis, consomme". Telle est la devise de la trop méconnue Eglise de la Très Sainte Consommation (ESTC). Le mouvement, reconnu par aucune religion, présente un candidat dans la première circonscription du Nord, son fondateur et "PDG" Alessandro Di Giuseppe. Son credo : "l'amour du capital, de la croissance et de la consommation". Tout un programme



LES HOMONYMES

A Paris, l’autre Fillon…

Il y aura deux candidats Fillon aux élections législatives. Mais c’est là le seul point commun entre les deux hommes. L’un, François, a été Premier ministre pendant cinq ans. L’autre Guillaume, est inconnu du grand public. L’un est l’un des leaders de l’UMP, l’autre est un membre anonyme d’Europe Ecologie-Les Verts. Guillaume Fillon se présente donc dans la neuvième circonscription de Paris, qui occupe une grande partie du 13e arrondissement de la capitale. L’actuel attaché parlementaire de François de Rugy à l’Assemblée nationale veut croire en ses chances. "Car oui, un autre Fillon est possible", écrit-il en conclusion de sa note biographique sur son site Internet.

… Et l’autre Delanoë

GASPAR DELANOE MAXPPP 620620

© MAXPPP

Là encore, aucun lien familial entre les deux Delanoë de Paris, Bertrand, le maire, et Gaspard, le candidat aux législatives dans la 5e circonscription de la capitale. L’homme est l'un des créateurs du 59, le squat de la rue de Rivoli. Mais sa candidature a tout du farfelu. Il se présente sous la bannière du Pffft (Parti faire un tour) et préconise l’édification de fortifications et de barrages douaniers… aux frontières des 5e et 10 e arrondissement, qui forment la 5e circonscription.

L’autre La Villardière

françois de la villardiere capture 620620

© CAPTURE D'ECRAN

L’air de famille est frappant. François de la Villardière, candidat dans la 10e circonscription des Yvelines, n’est autre que le frère de Bernard, présentateur d’Enquête exclusive, sur M6. Les deux hommes sont d’ailleurs associés au sein d’une société de production, Ligne de front. François de la Villardière se présente sous l’étiquette Yvelines Renouveau, classée à droite.



Dans le Lot, D. Orliac vs D. Orliac

dominique Orliac, diane orliac montage maxppp 930620

© MAXPPP

La plus grande vigilance sera nécessaire pour les électeurs de la première circonscription du Lot au moment du vote. Les citoyens de ce territoire auront en effet le choix entre deux homonymes, portant en outre chacune un prénom commençant par la lettre D. Dominique Orliac, députée sortante appartenant au Parti radical de gauche, affronte en effet notamment Diane Orliac, candidate de Debout la République, le parti souverainiste présidé par Nicolas Dupont-Aignan.

Le directeur de campagne de Dominique Orliac, Guillaume Baldy, a dénoncé une candidature opportuniste. "La préfecture a enregistré au dernier jour des dépôts de candidatures une candidate opportunément parachutée", a-t-il dénoncé. D'après la préfecture, Diane Orliac, 26 ans, est domiciliée dans le 16e arrondissement de Paris.

Chirac et Mandela candidats à Mayotte

 Pour la première fois, les habitants de Mayotte, département d’outre-mer depuis 2009, voteront aux législatives. Et ils auront l’occasion de voter pour "Monsieur Chirac" et pour "Mandela". Dans la première circonscription de l'archipel de l'océan Indien, figure en effet parmi les 15 candidats, un divers droite, "Mohamed Brahime dit Monsieur Chirac". Agé de 67 ans, il est douanier à la retraite et son frère a été l'un des premiers dirigeants du RPR à Mayotte.  Dans la seconde circonscription, on trouve parmi les 12 candidats un certain "Toumbou Maurice dit Mandela". Cet ancien menuisier à la retraite, 68 ans, sans étiquette, a déjà été candidat aux législatives. Il devrait son surnom au fait qu'il soit considéré comme un sage.