Législatives : ça bouchonne à Paris

  • A
  • A
Législatives : ça bouchonne à Paris
Le Conseil national de l'UMP se réunit, samedi, à Paris, pour valider les investitures pour les législatives de juin prochain.@ Maxppp
Partagez sur :

Le Conseil national de l'UMP se réunit samedi, pour valider les investitures aux législatives.

Week-end tendu en perspective pour l'UMP. Le Conseil national du parti présidentiel se réunit samedi à Paris. Objectif : valider les investitures pour les législatives de juin prochain...et trancher des dossiers sensibles. Les parachutages qui fâchent sont nombreux en Ile-de-France, particulièrement dans la capitale. Europe1.fr passe en revue les zones sensibles et les personnalités qui font grincer des dents.

Les yeux rivés sur Dati

Il fait déjà couler beaucoup d'encre depuis des mois. Le parachutage du Premier ministre François Fillon aux abords de la mairie de Rachida Dati, dans la 2e circonscription de la capitale va-t-il aussi faire couler des larmes ce week-end ? En effet, le chef du gouvernement, qui a décidé de tourner la page de la Sarthe, a obtenu gain de cause, mais Rachida Dati n'a pas dit son dernier mot pour une investiture aux abords de sa mairie du VIIe arrondissement.

Les 12e et 13e circonscriptions, dont Philippe Goujon et Jean-François Lamour sont les députés sortants, ont été évoquées comme de possibles points de chute pour Rachida Dati, maire du 7e. Mais les deux députés, déjà investis, ne sont pas prêts à faire leurs valises.

Paris, terrain miné

Elle voulait la 4e circonscription (15e et 16e arrondissement) de Paris. Mais Brigitte Kuster, maire du XVIIe, a été priée d'aller dans la 3e circonscription (XVIIe et XVIIIe arrondissements), au lieu de se maintenir face à Bernard Debré qui a reçu l'investiture dans la quatrième circonscription. Brigitte Kuster a toutefois décidé de maintenir sa candidature face à Bernard Debré, actuel député de la 15e circonscription de la capitale.

Dans la 14e circonscription de Paris, David Alphand, 41 ans, conseiller UMP du XVIe arrondissement de Paris, se présentera contre Claude Goasguen, 67 ans, député-maire sortant. 

Marie-Claire Carrère-Gée, élue UMP du 14e arrondissement de Paris, s'estime victime d'un "délit de mariage" lors des choix des candidats le 11 janvier dernier. L'UMP a choisi d'investir dans la 11e circonscription (14e arrondissement et petite partie du 6e) le maire UMP du 6e, Jean-Pierre Lecoq. L'élue mariée avec Frédéric Thiriez, qui a été membre du cabinet de Gaston Defferre et ministre de l'Intérieur au début des années 80, se présentera malgré le non-soutien de son parti.

Parti en guerre contre un "parachutage" – celui de Charles Beigbeder, "un milliardaire du 16ème arrondissement", Franck Magrain, candidat à l'investiture dans la 8e circonscription de Paris est déterminé à se présenter. Chantal Jouanno s'est déjà dite "très réservée" sur le parachutage de Charles Begbeider.

Combat fratricide dans les Hauts-de-Seine

L'élu UMP des Hauts-de-Seine Thierry Solère, pro-Sarkozy affrontera Claude Guéant pour l'investiture aux élections législatives dans la 9e circonscription des Hauts-de-Seine, à Boulogne-Billancourt.

Thierry Solère a proposé une primaire à droite pour départager les deux candidats. Réponse de Claude Guéant : "je ne suis pas à armes égales avec Thierry Solère pour une primaire".