Législatives : Baroin prêt au "partage de responsabilités" avec Macron en cas de victoire de la droite

  • A
  • A
Législatives : Baroin prêt au "partage de responsabilités" avec Macron en cas de victoire de la droite
François Baroin a été désigné par son parti "chef de file du comité de campagne de la droite et du centre" pour les législatives.@ ROMAIN LAFABREGUE / AFP
Partagez sur :

François Baroin, chef de file des Républicains pour les législatives, adoucit le ton envers l'exécutif.

François Baroin, chef de file des Républicains pour les législatives, a évoqué un possible "partage de responsabilités" en cas de victoire de la droite aux législatives, dans une interview accordée au Parisien publiée dimanche.

"Rien de conflictuel". Dans ce cas de figure, François Baroin pourrait bien être Premier ministre, comme l'avait indiqué une source au parti lorsqu'il avait été désigné par son parti "chef de file du comité de campagne de la droite et du centre" pour le scrutin. "Dans cette hypothèse, ce sera à l'Assemblée nationale et au groupe majoritaire de décider qui sera le plus à même d'être Premier ministre. Si nous avons la majorité absolue, c'est notre projet qui sera mis en oeuvre", a-t-il simplement expliqué au Parisien.

Le sénateur-maire de Troyes a estimé que dans ce cas de figure, le terme de "cohabitation" ne serait pas le plus adapté. "Ce serait différent". Mais "cela n'aura rien de conflictuel", a-t-il assuré, adoucissant ainsi son discours envers l'exécutif, contre lequel il s'est montré très virulent jusque-là.

"Covoiturage" ? "Certains parlent de covoiturage, mais c'est un terme impropre aux institutions. Il s'agit en tout cas d'un partage de responsabilités", a jugé François Baroin. Mais il s'est aussi défendu de partager entièrement les idées d'Emmanuel Macron. "Si on était aussi semblable, on aurait fait campagne avec lui, on n'aurait pas eu notre candidat", a-t-il assuré, évoquant des "divergences sur à peu près tous les sujets", et notamment sur la fiscalité et la hausse de la CSG voulue par Emmanuel Macron.