Législative partielle en Loire-Atlantique : l'absence d'Ayrault pèse sur le scrutin

  • A
  • A
Partagez sur :

Le second tour de la législative partielle dans la circonscription du ministre des Affaires étrangères est une étape critique pour les socialistes qui cumulent les défaites électorales depuis 2014.

Pour le parti socialiste, il s'agit certainement du dernier scrutin de taille avant 2017. Le second tour de la législative partielle dans la 3ème circonscription de Loire-Atlantique, pour remplacer Jean-Marc Ayrault à l’Assemblée nationale, opposera la candidate socialiste Karine Daniel, arrivée en tête (30,41%), et le candidat Les Républicains Matthieu Annereau (23,54%).

Rester à gauche. Dans cette circonscription, aux mains de la gauche depuis près de 40 ans, les socialistes ont poussé un vrai soupir de soulagement après les résultats, à commencer par le ministre des Affaires étrangères. "D’avoir été mis nettement en tête par les électrices et les électeurs c’est un signe qui est fort. C’est la volonté que cette circonscription reste à gauche, même s'il y a encore un effort à faire, un effort de rassemblement", explique-t-il.

Un parti discrédité. L’ancien Premier ministre a remporté trois fois ce siège dès le premier tour, et son absence pèse clairement sur le choix de certains électeurs : "C’était l’homme. Il est parti et aujourd’hui je pense qu’il n’y a pas forcément de gens qui sont aussi charismatiques", confie l’un deux. Surtout, le bilan du président de la République est devenu un handicap pour la candidature socialiste : "Hollande, j’avais voté pour lui sans problème. Mais quand je vois ce qu’il a fait après… je ne trouve pas ça bien du tout. Ça a pesé, j’ai même hésité à aller voter", lâche Pierre, un fils d’émigrés russes.

Report des voix. Malgré un écart de sept points avec la droite, le PS aura besoin du report de voix EELV pour être certain de l’emporter. La situation est d’autant plus délicate que les deux partis n’en finissent plus de se déchirer sur le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, aux portes de la circonscription. Le parti écologiste a indiqué ne vouloir donner aucune consigne de vote.