Lefebvre persona non grata sur Twitter

  • A
  • A
Lefebvre persona non grata sur Twitter
Partagez sur :

Le porte-parole de l'UMP s'est fait éjecter du site de mini-blogging par des internautes en à peine 24 heures.

Frédéric Lefebvre s'est fait "clouer le bec". A peine 24 heures après avoir ouvert un compte sur Twitter, ce site qui permet de diffuser des mini-messages, le porte parole de l'UMP a vu sa page bloquée jeudi soir. Si l'on essaie d'accéder au compte @FLefebvre_UMP, un message s'affiche : "Désolé, le profil que vous vouliez voir a été suspendu, en raison d'une activité étrange."

Si le porte-parole du parti majoritaire a été réduit au silence aussi rapidement, c'est par la volonté de "détracteurs-farceurs", explique Rue89. Certains utilisateurs de Twitter se seraient en quelque sorte "ligués" pour signaler la page de Frédéric Lefebvre comme indésirable (spam). Le grand nombre de signalements aurait ainsi contribué à faire fermer sa page.

Mais Frédéric Lefebvre a défendu "une autre version", vendredi matin sur LCI.













"Les limites ont été dépassées et on a battu beaucoup de records en "influence" ou "popularité". En 12 heures, il y avait environ 800 followers [personnes qui s'abonnent aux messages]", a assuré Frédéric Lefebvre. Une explication du même tonneau que ce qu'il avait avancé, la veille au soir, sur sa page Facebook : "Oui [mon compte] est suspendu pour trafic anormal. Il y a des limites par jour sur twitter. Il va etre rétabli."

Le porte-parole de l'UMP laisse ainsi entendre que c'est l'explosion du nombre de followers qui a bloqué son compte. Une théorie qui s'effondre à la lecture du règlement de Twitter : "Nous ne limitons pas le nombre de followers que vous pouvez avoir." Il semble donc certain que Frédéric Lefebvre ait été bouté hors de Twitter par un complot d'utilisateurs hostiles à sa présence.

Des membres de la majorité ont immédiatement apporté leur soutien à leur collègue réduit au silence cybernétique. Laurent Wauquiez, secrétaire d'Etat à l'emploi, a lancé une "grève de tweet pdt 24h. En ayant conscience du terrible manque pour la communauté ;-)". De son côté, Yves Jégo, député de Seine-et-Marne, s'est montré ironique, faute de grammaire en prime : "Bravo à ceux qui ont fait bloquer le compte de Frederic Lefebvre... Quel pub pour lui et pour twitter. Trop fort!"

Un nouveau compte Twitter de Frédéric Lefebvre, presque identique au premier, a été créé depuis l'expulsion (@FLefebvreUMP, quand l'ancien était intitulé @FLefebvre_UMP). Mais ce nouveau compte "n'a rien à voir avec lui", a assuré son assistante à Europe1.fr.

"Les mini-messages de Twitter, c'est pour faire chic, mais c'est pas là que ça se passe", déclarait Frédéric Lefebvre au Nouvel observateur en mai dernier. Depuis, il avait changé d'avis. La twittosphère vient de lui faire comprendre qu'il n'aurait peut-être pas dû…