Le temps de parole du président sera bien comptabilisé

  • A
  • A
Le temps de parole du président sera bien comptabilisé
Partagez sur :

Le CSA a annoncé mardi de nouvelles règles dans le décompte des temps de parole dans les médias, comme le réclamait l’opposition.

C’est un rééquilibrage destiné à "renforcer l'équilibre" dans les médias. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a annoncé mardi qu’il avait mis en place de nouvelles règles dans le décompte des temps de parole des responsables politiques à la télévision et à la radio. A partir du 1er septembre, certains propos du chef de l’Etat vont désormais être comptabilisés, ce qui va "mécaniquement" augmenter le temps de parole de l'opposition.

Jusqu’alors, la règle des "trois tiers" s’appliquait : un tiers pour le gouvernement, un tiers pour la majorité et un tiers pour l'opposition parlementaire. Désormais, les propos du président de la République "non régaliens", c’est-à-dire ceux qui "relèvent du débat politique national", seront comptabilisés. Les interventions des collaborateurs de l’Elysée seront également prises en compte. Elles viendront s’ajouter directement à celles des membres du gouvernement et des personnalités de la majorité présidentielle. Au total, "les temps d'intervention de l'opposition ne pourront être inférieurs à la moitié des temps de parole cumulés du chef de l'Etat et de la majorité présidentielle", précise le CSA.

Ce nouveau mode de décompte du temps de parole répond directement à un arrêt du Conseil d'Etat du 8 avril dernier. C’était aussi une revendication de longue date de l’opposition. "La décision du CSA sur le temps de parole présidentiel nous a donné enfin raison", a commenté mardi le patron des députés PS, Jean-Marc Ayrault. L'UMP a parlé de son côté d'une décision "sage et conforme à la République exemplaire voulue par Nicolas Sarkozy".

Sur internet, le Conseil supérieur de l’audiovisuel diffuse les décomptes des temps de parole des personnalités politiques à la télévision et à la radio mois par mois. Des documents qui peuvent être consultés sur le site du CSA.