Le sous-préfet de Saintes limogé pour une tribune sur Israël

  • A
  • A
Le sous-préfet de Saintes limogé pour une tribune sur Israël
Partagez sur :

Le Conseil d'Etat a confirmé jeudi le limogeage, en mars 2008, du sous-préfet de Saintes, Bruno Guigue, estimant qu'il s'était mis "dans une situation incompatible avec l'exercice de ses fonctions" en publiant une tribune anti-israélienne sur un site internet.

Dans une tribune publiée le 13 mars 2008 sur le site internet "Oumma.com", M. Guigue, dont la qualité de sous-préfet n'était pas mentionnée, avait notamment estimé dans le 16ème paragraphe, qu'Israël était "le seul Etat au monde dont les snipers abattent des fillettes à la sortie des écoles".

La ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie avait alors mis fin à ses fonctions, décision confirmée par un décret du 2 avril 2008. M. Guigne avait ensuite déposé un recours devant le Conseil d'Etat, qui l'a donc rejeté, estimant qu'il s'était "placé dans une situation incompatible avec l'exercice de celles-ci en publiant sous sa signature un article très polémique tant à l'égard de personnalités politiques françaises que d'un État étranger".

Cet article traitait "de questions sans rapport avec l'exercice quotidien de ses fonctions", note le Conseil d'Etat, qui a estimé que "la décision de nomination d'un sous-préfet d'arrondissement n'est pas une décision qui crée en elle-même des droits et que la mesure contestée n'était pas une sanction mais avait été prise dans l'intérêt du service".

En réponse au "lynchage médiatique" dont il a été la cible, Bruno Guigue a publiéune autre tribune sur le même site. "Mon principal tort, plus que d’avoir enfreint le devoir de réserve, n’est-il pas d’avoir heurté de plein fouet la doxa occidentale ?" y déclare-t-il. Et de dénoncer un "déni de réalité" systématique dans l’establishment hexagonal, lorsqu’il s’agit de pointer du doigt les débordements de la politique israélienne.