Le site internet www.sarkozy.fr victime de "Google bombing"

  • A
  • A
Le site internet www.sarkozy.fr victime de "Google bombing"
Partagez sur :

Le moteur de recherche américain annonce qu'il ne modifiera pas manuellement ses résultats pour empêcher l'attaque.

C'est la blague du moment sur internet. En tapant la requête "trou du cul du web" sur Google, le premier résultat qui apparaît pour l'instant est le site www.sarkozy.fr, l'ancien site de campagne de Nicolas Sarkozy figé depuis son accession à l'Elysée, comme le montre la capture d'écran ci-contre (voir au format PDF). Relevé dès le 20 juillet dans la soirée sur un forum du site spécialisé sur les nouvelles technologies Numérama, le résultat a, depuis, fait le tour du net, et notamment de twitter.

Explication : un ou plusieurs webmaster(s) -des "constructeurs" de sites internet- ont utilisé la technique du "Google bombing" une pratique qui consiste à faire remonter des résultats inhabituels sur certaines requêtes (voir l'article Wikipédia sur le sujet, très détaillé), en utilisant l'expression en question et en la faisant pointer vers le site www.sarkozy.fr.

De manière assez inédite, Google a décidé de réagir, en diffusant un communiqué de presse, dès mercredi soir, dans lequel le moteur de recherche reconnaît avoir été victime de "Google bombing". Non content de le diffuser auprès des journalistes, le moteur de recherche américain l'a également inséré dans les "liens commerciaux" présents sur la recherche en question, pour toucher tous les internautes qui effectueront la requête.

Le groupe américain exclut toutefois l'idée de "modifier manuellement [ses] résultats pour empêcher de telles informations d'apparaître". "Cette pratique malveillante [...] est peut-être divertissante pour certains, mais en aucun cas leur démarche n'affecte la qualité générale de notre moteur de recherche, dont l'impartialité reste, comme toujours, au centre de notre mission", précise encore Google.

Ce n'est pas la première fois que Nicolas Sarkozy est ainsi pris pour cible. En octobre 2005, alors qu'il était ministre de l'Intérieur, des internautes avaient organisé le "Google bombing" suivant : toute personne effectuant la requête "Nicolas Sarkozy" sur le moteur de recherche voyait, en tête de ses résultats, le site du film Iznogoud.