LE QUESTIONNAIRE 2012 - Eva Joly, si vous êtes élue...

  • A
  • A
LE QUESTIONNAIRE 2012 - Eva Joly, si vous êtes élue...
Joly fêterait sa victoire à la Bastille et téléphonerait à Obama
Partagez sur :

Le candidate EELV à la présidentielle a répondu aux questions d'Europe1 mercredi matin.

Dans le cadre de l'élection présidentielle, Europe 1 ouvre sa matinale pendant deux heures aux candidats des principaux partis. Après François Bayrou le 14 février, Marine Le Pen la semaine dernière, et François Hollande jeudi, c'est Eva Joly qui s'est prêtée au jeu des questions-réponses sur le thème "si vous êtes élue présidente…". Voici les réponses de la candidate d'Europe Ecologie - Les Verts au "questionnaire 2012".

> Le 6 mai, où irez-vous fêter votre victoire ?

"A la Bastille !"

> Pour qui serait votre premier coup de fil ?

"Pour Barack Obama. Je lui parlerais de la Syrie".

> Quel serait votre premier tweet ?

"Merci. Merci de m'avoir élue".

> Quelle serait votre toute première mesure ?

"Une loi d'urgence écologique pour lutter contre le réchauffement climatique, pour sortir du nucléaire, pour diminuer les pesticides". 

> Qui sera votre Premier ministre ?

"Un jeune. Ou une jeune. La jeune génération."

> Quel ministère pourriez-vous proposer à François Hollande ? 

"Un ministère important. Les Affaires étrangères peut-être."

>Et à Daniel Cohn-Bendit ? 

"Oui. S'il le veut. Mais il n'est pas sûr qu'il en ait envie. Pour lui ? La Culture, lui irait bien."

> Votre premier voyage ?

"Je le ferais en Grèce. A Athènes. Pour dire que je souhaite un nouveau Traité pour l'Europe, fondé autour de la solidarité." 

> Que direz-vous à Nicolas Sarkozy au moment de la passation de pouvoir ?

"Ce serait très banal. Je lui dirais au revoir et bon vent."

Et pour la passation de la force de frappe nucléaire ? 

"Je veux le désarmement nucléaire. Je le veux unilatéral. Je prendrais donc contact avec les puissances nucléaires et le Premier ministre anglais pour commencer ce désarmement nucléaire."

Est-ce que vous baisseriez votre salaire ? 

"Oui. Je reviendrais au niveau d'avant Nicolas Sarkozy".

Poutine serait-il reçu en visite officielle ? 

"J'essaierais de l'éviter. Ce n'est pas une victoire que Poutine soit réélu, c'est en violation de la Constitution russe et de son esprit. La Russie est un interlocuteur important. Mais, on peut éviter de l'inviter."

> Votre mot préféré ?

" 'Quand même' ! C'est Sarah Bernhardt qui disait cela. Il faut mettre un pied devant l'autre et on y va. Il y a aussi des mots très importants comme sentinelle, lanceur d'alertes, résistant." 

> Votre juron préféré ?

"Les Français le connaissent déjà." 

>... Vous aviez lancé un "je l'emmerde" à Corinne Lepage" ? 

"Une campagne, c'est un moment très très dur. Il y a beaucoup de stress et ce jour là, cela devait être la 50e fois que l'on me posait la question. Cela manquait de délicatesse, mais pas de franchise".

> Y-a-t-il une vie après la politique ? 

"Oui absolument. Cela n'est pas une carrière, c'est un moment de ma vie."