Le PS prépare (aussi) législatives

  • A
  • A
Le PS prépare (aussi) législatives
Le Bureau national du PS, réuni rue de Solférino, a validé mardi soir 900 candidatures pour les élections législatives.@ REUTERS
Partagez sur :

Les socialistes ont validé 900 candidatures mardi soir en vue du scrutin de juin 2012.

Les socialistes ont lancé mardi soir la première du processus des investitures aux élections législatives. Le Bureau national du PS du parti a validé "près de 900 candidatures" de socialistes voulant se présenter au scrutin de juin 2012, a indiqué le secrétaire national chargé des élections, Christophe Borgel.

Les 900 candidatures validées portent sur 438 circonscriptions en métropole. Elles seront ensuite, pour la majorité d’entre elles, soumises à un vote d'investiture les 1er et 2 décembre par les militants, avant une convention nationale le 10 décembre, qui accordera l'investiture in fine.

Les cas problématiques ont été éludés

Les questions qui fâchent n’ont pas été abordée. Ainsi, le Bureau national du PS n’est pas revenu sur la question des circonscriptions qui suscitent des remous, comme à Paris, où la 5e circonscription est réservée à l’écologiste Cécile Duflot,  ou à Lyon, où une circonscription est allouée aux radicaux de gauche. 

Ces choix qui avaient provoqué la semaine dernière l'ire du maire de Paris Bertrand Delanoë et de celui de Lyon Gérard Collomb. Les deux édiles courroucés n’ont d’ailleurs pas participé au bureau national de mardi soir. "On a un accord avec les Verts, on fera le travail qu'il faut pour le faire respecter", a souligné Christophe Borgel.

La question des candidatures à la circonscription des Français de l'étranger, illustrée par le duel entre Pouria Amirshahi, poulain de Martine Aubry, et Faouzi Lamdaoui, poulain de François Hollande, n'a pas été tranchée. Une décision devrait intervenir dans les jours qui viennent.

Royal n’aura pas de rivale dans sa circonscription

Ségolène Royal a pour sa part obtenu satisfaction. Elle sera la seule candidate du Parti socialiste dans la première circonscription de Charente-Maritime, une circonscription réservée par le PS à une candidature féminine au nom de la parité. "C'est un choix politique, c'est une candidate essentielle pour notre parti, elle est l'ancienne candidate à la présidentielle de 2007 et c'est aussi une dirigeante de premier plan pour la campagne à venir", a justifié Christophe Borgel.

De son côté, Ségolène Royal a balayé les polémiques. Pour elle, "l’heure est désormais à l’union".