Le PS dope-t-il le chômage, l’insécurité et le FN ?

  • A
  • A
Le PS dope-t-il le chômage, l’insécurité et le FN ?
@ REUTERS
Partagez sur :

FACT-CHECKING – D’après Luc Chatel, à chaque fois que le parti de la majorité est au pouvoir, l’extrême-droite gagne du terrain. Vrai ou faux ?

LA PHRASE – Le vice-président délégué de l’UMP Luc Chatel était l’invité de RTL lundi dernier. Il était interrogé sur la position prise par son ancien patron, François Fillon, concernant le FN. La semaine dernière, l’ex-Premier ministre avait provoqué l'embarras d’une partie de l'UMP en refusant de se positionner en cas de duel PS-FN au second tour des municipales. Luc Chatel en a profité pour rappeler que les socialistes n’ont aucune leçon à donner. Et pour cause : d’après lui, à chaque fois que la gauche est au pouvoir, le chômage et l’insécurité augmentent. Faisant le lit du FN qui prospère. 

Un chômage contrôlé. Entre 1981 et 2012, le taux de chômage moyen a été de 8,8%. Pendant cette période de 31 ans, le PS a été au pouvoir un peu moins de la moitié du temps. Et en moyenne, pendant ces 15 ans, le taux de chômage n’a été que de 8,4%. La gauche fait donc mieux que ce qu’affirme Luc Chatel. Et si le chômage a beaucoup augmenté quand les socialistes ont gouverné au début des années 1980, il faut rappeler qu’il a aussi baissé sous Lionel Jospin. On peut donc affirmer que le chômage n’est pas plus élevé quand le PS est au pouvoir.

Une criminalité galopante. Concernant l’insécurité, l’INSEE calcule chaque année le taux de criminalité c’est-à-dire le nombre de crimes et délits rapportés à la population totale. Ce taux révèle que l’insécurité a été un peu plus forte sous la gauche que sous la droite. L’ancien ministre a donc raison sur ce point.

Quant au FN, il n’est pas plus fort quand le PS est aux commandes. Si l’on prend comme point de repère le score de la famille Le Pen aux élections présidentielles, la France entière se souvient du 21 avril 2002. A l’époque, le PS est au pouvoir et Jean-Marie Le Pen réalise 16,86% des voix. Mais en 2012, au premier tour, Marine Le Pen fait mieux avec 17,9% des voix. C’est plus qu’en 2002 et pourtant, la droite gouverne depuis 10 ans. L’idée d’un PS qui ferait progresser le parti d’extrême-droite ne peut donc pas être retenue. En réalité, le FN gagne du terrain depuis 30 ans, sous la gauche comme sous la droite.