Le PS définit sa diplomatie pour 2012

  • A
  • A
Le PS définit sa diplomatie pour 2012
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le parti a fixé samedi les grandes lignes de politique étrangère pour l’élection présidentielle.

Quelle politique étrangère pour le candidat socialiste à l’élection présisentielle de 2012 ? Le PS a apporté un début de réponse à l’issue d’une convention à Paris au cours de laquelle Ségolène Royal a ravi la vedette en l'absence de la première secrétaire Martine Aubry, qui souffre d’un problème oculaire.

Ségolène Royal a donc été à l’honneur lors d’un discours offensif, au cours duquel elle a vivement critiqué "la diplomatie erratique, incohérente, sans noblesse, sans grandeur" de Nicolas Sarkozy.

Relance européenne et multilatéralisme

Baptisé "nouvelle donne internationale et européenne", le texte d'une vingtaine de pages prône notamment une relance de l'Europe, un renforcement du multilatéralisme et la notion de "juste échange" dans les relations économiques.

Le PS entend par ailleurs "réexaminer" l'engagement des troupes françaises en Afghanistan et la réintégration de la France dans la structure militaire intégrée du commandement de l'Otan.

Le PS "a maintenant une vision"

"Le Parti socialiste a maintenant une vision, un dessein et des repères", a conclu Jean-Christophe Cambadélis.

"C'est un texte très ambitieux et réaliste", a commenté l'ex-Premier ministre Laurent Fabius. Il y a des "idées très généreuses", mais "nous abordons et nous tranchons de façon très précise", a-t-il souligné, en réponse à la droite qui a jugé le projet "affligeant".

"Il faudra se débarrasser des pratiques nauséabondes" de la Françafrique, "reconstruire le couple franco-allemand pour relancer l'Europe", cesser de manifester "une indulgence excessive pour le gouvernement israélien", a-t-il dénoncé.