Le pôle nucléaire, pierre d'achoppement

  • A
  • A
Le pôle nucléaire, pierre d'achoppement
@ MAXPPP
Partagez sur :

En Bourgogne, François Patriat (PS) part favori mais butte sur le dossier nucléaire.

La gauche part favorite en Bourgogne grâce au bilan jugé positif du président socialiste sortant François Patriat, vainqueur de l'UMP Jean-Pierre Soisson en 2004.

Le favori : François Patriat

François Patriat, ancien ministre de l'Agriculture de Lionel Jospin et aujourd’hui sénateur, avait arraché la région à la droite en 2004, en attaquant alors le bilan de Jean-Pierre Soissons (UMP). Six ans plus tard, c’est "son" action à la tête de la région qu’il défend.

Un score élevé au premier tour lui simplifierait la tâche pour négocier, au second tour, une liste unique avec Europe Ecologie. "Nous avons trois-quarts de convergences, un quart de divergences", dit-il à propos des écologistes.

Ce "quart de divergence", se cristallise autour du pôle nucléaire, Areva étant très présent dans la région. Le sujet pèse depuis des années entre PS et les Verts. "Spécialiser la région dans la filière nucléaire est une bêtise économique. Ce n’est pas la solution énergétique d’avenir", martèle Europe Ecologie dans les colonnes du journal La Croix.

Le challenger : François Sauvadet

François Patriat affrontera une droite unie derrière le président Nouveau Centre du conseil général de Côte d'Or, François Sauvadet (NC-UMP), mais qui, comme ailleurs, ne dispose que d'une faible réserve de voix pour le second tour.

François Sauvadet, porte-parole de François Bayrou pendant la campagne présidentielle de 2007et aujourd'hui député, a obtenu du ministre de la défense Hevré Morin, le patron du Nouveau Centre, le maintien en activité de la base aérienne de Dijon.

Les outsiders

Philippe Hervieu (Europe Ecologie) est le vice-président du conseil régional sortant. Cette fois, il est à la tête d'une liste autonome. Il y a six ans, les Verts avaient fait alliance avec le PS dès le premier tour. "Nous pensons que nous n'avons pas été suffisamment 'écolos' durant cette mandature", se justifie-il.

En 2004, le FN et Edouard Ferrand avait réussi à se hisser au second tour. Mais le parti de Jean-Marie Le Pen est en nette perte de vitesse en Bourgogne, où il a peiné pour dépasser 6% au dernières européennes.

Bonus : l’épisode LOL de la campagne

Mi-février, Christian Estrosi, en visite en Saône-et-Loire était chargé de soutenir, lors d’un meeting, François Sauvadet. Mais le ministre de l’Industrie, a alors appelé à voter pour… François Patriat. Un lapsus qui a provoqué l’hilarité l’audience :

Un lapsus qui a évidemment provoqué l’hilarité de toute l’audience.

REAGISSEZ - Le pôle nucléaire est-il un atout ou inconvénient pour la Bourgogne ?