Le "plan B" des candidats

  • A
  • A
Le "plan B" des candidats
Que feront les candidats si ils perdent ?@ MAXPPP
Partagez sur :

En mai prochain, il n'en restera qu'un... Que feront les autres candidats à la présidentielle ?

Y a-t-il une vie après la politique ? A cette réponse, Nicolas Sarkozy a répondu "oui", la semaine dernière sur BFMTV, assurant qu’en cas d’échec, il se retirerait de l’arène politique. Et les autres qu'ont-ils prévu pour la rentrée ? Tour d’horizon des "plans B" des candidats à la présidentielle.

RETOUR A LA VIE "CIVILE"

Nathalie Arthaud,  prof d’économie

07 03 Arthaud

© MAXPPP

La candidate de Lutte ouvrière est aujourd’hui encore professeur d’économie et de gestion en terminale, section technique, dans un lycée d’Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis. Elle donne des cours en début de semaine et consacre le reste de son temps à sa campagne. Après la présidentielle, elle retrouvera son lycée et le conseil municipal de Vaulx-en-Velin, dans le Rhône, dont elle est conseillère municipale en charge de la jeunesse. Pour en savoir plus sur "le CV" de Nathalie Arthaud cliquez ici.

Dominique de Villepin, de nouveau avocat

18.01 Dominique de Villepin

© Reuters

Depuis 2008, Dominique de Villepin est avocat, inscrit au barreau de Paris. Il travaille au cabinet d’avocats FTPA. Il n’a aucun mandat en cours.







Philippe Poutou, retour chez Ford

Philippe Poutou

© MAXPPP

En cas d’échec, Philippe Poutou devra de nouveau se consacrer à la réparation de machines-outils dans l’usine Ford de Blanquefort, dont il a pris un congé pour se consacrer à la présidentielle. Il est également "syndicaliste et délégué CGT".

Jacques Cheminade, retour à la retraite

Jacques Cheminade

© MAXPPP

Retraité, le petit candidat de la présidentielle a abandonné la présidence de son parti pour se consacrer à l’élection présidentielle. Après le scrutin, il pourrait donc rependre la présidence de Solidarité et progrès. Quoiqu’il arrive, "il continuera en tout cas la bataille pour faire exister ses idées", assure à Europe1.fr son entourage.

RACCROCHER, VRAIMENT ?

 Nicolas Sarkozy, s’accrocher à l’UMP

Nicolas Sarkozy

© CAPTURE D'ECRAN TF1

La semaine dernière sur RMC/BFMTV, Nicolas Sarkozy a assuré qu'il arrêterait définitivement la politique en cas de défaite à l'élection présidentielle. "Je ne me mets pas dans cette perspective, mais puisque Julia (l'auditrice qui a posé la question à Nicolas Sarkozy) me pose une question (...) je lui dis que je ne suis pas sûr de m'installer à Annemasse (le domicile de l'auditrice) mais que je ferai autre chose. Mais quoi, je ne sais pas", a-t-il ajouté. Dans son entourage pourtant on confie que Nicolas Sarkozy pourrait reprendre la présidence de l’UMP et se représenter à la présidentielle de 2017.

Eva joly, "il y a une vie après la politique"

eva joly

© MAXPPP

"La politique ce n'est pas une carrière, c'est un moment de ma vie. Evidemment, il y a une vie après la politique", a confié à Europe1, Eva Joly assurant vouloir s’investir dans le milieu associatif. La candidate d’Europe Ecologie - Les Verts restera également eurodéputée jusqu’en 2014.

CAP SUR LES LEGISLATIVES

François Hollande, cap sur les législatives ?

François Hollande

© REUTERS

Député et président du Conseil général de Corrèze, François Hollande pourrait briguer, en cas d'échec, un nouveau mandat aux législatives de juin prochain. Sa circonscription fait en tout cas partie des 17  "gelées" par la Convention nationale du PS, en décembre dernier. Selon le secrétaire national aux élections, Christophe Borgel, le PS a aussi décidé de réserver le cas de cette circonscription, afin de "laisser ouvertes plusieurs possibilités" selon le destin de sa candidature à l'Elysée. 

 Nicolas Dupont-Aignan, re-candidat

Nicolas Dupont-Aignan

© Maxppp

Maire et président de la communauté d'agglomération du Val-d'Yerres dans l’Essonne, il est aussi président de Debout la République. Député de la 8e circonscription de l’Essonne, Nicolas Dupont-Aignan a prévu de se représenter aux législatives de juin. L’UMP ne présentera pas de candidat contre lui…

 

LA POLITIQUE FOR EVER

Jean-Luc Mélenchon, "la politique, c’est la vie"

09.03 mélenchon 930620

© Reuters

Pas question de raccrocher non plus du côté de Jean-Luc Mélenchon. A la question y-a-t’il une vie après la politique, il répond à Europe 1 : « Cette question ne me concerne pas pour l'instant. Et puis d'abord l'engagement politique, c'est une forme de vie absolument extraordinaire qui vous remplit d'un tas de sujets auxquels vous n'auriez jamais pensé, des contacts avec des milliers de gens, vous vous adonnez au bien public. La politique et l'action politique, c'est l'une des formes de l'engagement humain les plus élevées". Jean-Luc Mélenchon reste député européen jusqu’en 2014 et co-président du Parti de Gauche. A plusieurs reprises, il a précisé qu’il n’était pas tenté par un poste de ministre. A voir.

François Bayrou, entre le MoDem et l’élevage

bayrou france 2 930

© Capture France 2

Peu de chances que François Bayrou arrête la politique en mai prochain. "Pour moi, la politique, l'engagement citoyen, ça fait partie de la vie. Je n'ai pas la tentation de Venise", a-t-il récemment assuré à Europe 1. Président du MoDem, il est aussi député des Pyrénées-Atlantiques depuis 1986, et conseiller municipal à Pau. Il élève également des chevaux à Bordères. Sa ferme est spécialisée dans l'élevage de juments. "Je n'ai pas de chevaux de course, assure le président du MoDem. Tout ce qui touche aux chevaux est intégré à l'exploitation agricole, qui est déficitaire." 

Marine Le Pen, accumuler les candidatures

01.03 Marine Le Pen invitée de France 2. 930620

© FRANCE 2

Conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais et députée européenne, la présidente du Front national devrait continuer à se présenter à chaque élection française, notamment aux législatives de juin prochain dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais et en 2014 aux européennes et aux municipales.

Corinne Lepage, garde son cap

Corinne Lepage

© Maxppp

Après le mois de mai, Corinne Lepage restera à la tête de Cap 21, le mouvement politique qu’elle a fondé en 1996. Elle restera également députée européenne élue dans la circonscription Nord-Ouest. Elle pourrait se représenter en 2014.