Le père d'Abelhamid Abaaoud "regrette qu'il n'ait pas été capturé vivant"

  • A
  • A
Le père d'Abelhamid Abaaoud "regrette qu'il n'ait pas été capturé vivant"
@ RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / HO / DABIQ" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS FROM ALTERNATIVE SOURCES, AFP IS NOT RESPONSIBLE FOR ANY DIGITAL ALTERATIONS TO THE PICTURE'S EDITORIAL CO
Partagez sur :

"Il aurait voulu qu'Abdelhamid soit interrogé pour comprendre pourquoi il est arrivé à une telle dérive", a déclaré Me Nathalie Gallant.

Omar Abaaoud, père d'Abdelhamid, le jihadiste belge tué mercredi lors d'un assaut de la police à Saint-Denis et un des cerveaux présumés des attentats de Paris, "regrette" que son fils "n'ait pas été capturé vivant", a déclaré vendredi son avocate.

"Comprendre pourquoi il est arrivé à une telle dérive". "Il aurait voulu qu'Abdelhamid soit interrogé pour comprendre pourquoi il est arrivé à une telle dérive", a déclaré Me Nathalie Gallant à quelques journalistes dans le palais de justice de Bruxelles. L'avocate a précisé avoir demandé à son client s'il voulait récupérer le corps mais que ce dernier "ne lui avait pas demandé de faire de démarches dans ce sens".

Le père ne trouve "aucune excuse" à son fils Abdlhamid. Actuellement au Maroc, "profondément dépressif", Omar Abaaoud a, en revanche, chargé son avocate de "se rapprocher des autorités françaises" pour obtenir des nouvelles de son autre fils, Younès, 15 ans, qu'Abdelhamid avait emmené en Syrie, début 2014, "pour savoir s'il est toujours en vie", a-t-elle expliqué.

"Mon client est extrêmement calme, il s'attendait à ce que ça se termine mal. Il n'éprouve que révolte et colère à l'égard de son fils (Abdelhamid), ne lui trouve ni ne lui cherche aucune excuse", a expliqué Me Gallant.

Abaaoud, qui se faisait aussi appeler "Abou Omar al-Baljiki" ("le Belge", en arabe), a été "formellement identifié" jeudi, comme l'un des corps "découvert dans l'immeuble" de Saint-Denis, en banlieue parisienne, a annoncé mercredi la justice française.