Le Pen veut une opé "mains propres"

  • A
  • A
Le Pen veut une opé "mains propres"
PS/Pas-de-Calais: Marine le Pen pour une "opération mains propres"@ MAXPPP
Partagez sur :

Marine Le Pen appelle à laver "la corruption" dans la région Nord-Pas-de-Calais.

Le Pas-de-Calais, "terre de corruption, de scandale politico-financier, de système mafieux, d'argent sale, de pots de vin". Mercredi à Lille, Marine Le Pen avait soigné sa diatribe pour fustiger, une nouvelle fois, la "corruption" dans la région Nord.

La candidate du Front national à la présidentielle cherche à rebondir sur le scandale qu’a suscité l’ouverture d’une enquête préliminaire contre la fédération PS du Pas-de-Calais pour corruption présumée. Face à cette affaire, elle plaide donc pour une "grande opération mains propres", du nom de la série d'enquêtes judiciaires, "mani pulite", lancée dans les années 1990 pour assainir le système politico-financier italien.

Son plan d’action à Henin-Beaumont

Lors de sa conférence, Marine Le Pen a commencé par exhiber et distribuer à la presse des lettres de Gérard Dalongeville - l'ex-maire PS d'Hénin-Beaumont mis en examen - adressées à la justice et portant sur des accusations de financement occulte.

Face à ce qu’elle nomme la "partie émergée de l'iceberg", Marine Le Pen a ensuite demandé au président PS du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, Daniel Percheron, de se porter partie civile et de porter plainte. En cas de refus, elle a dit son intention de saisir le tribunal administratif pour le faire à sa place.

La présidente du Front national a, par ailleurs, répété que l'ancien premier secrétaire du PS, François Hollande, ne pouvait ignorer "qu'il y avait des faits de corruption très graves qui touchaient Hénin-Beaumont". Par conséquent, le candidat socialiste ne peut, selon elle, "échapper à une explication devant les Français".

Et son programme sur le sujet ?

Et elle, a-t-elle un plan d’action pour lutter contre "la corruption" ? Pour l’heure, la présidente du FN met surtout en avant des "propositions générales", parmi lesquelles le renforcement des missions et prérogatives des chambres régionales des comptes, le renforcement du contrôle de l'Etat sur les grandes collectivités territoriales.

"Il faudra exiger la publication obligatoire des notes de frais des élus et des hauts-fonctionnaires", a-t-elle également ajouté, et "renforcer drastiquement les peines dans les affaires de corruption en matière d'inéligibilité pour les élus".