Le Pen veut interdire le voile et la kippa

  • A
  • A
Le Pen veut interdire le voile et la kippa
@ MAX PPP
Partagez sur :

Cette interdiction, pour "les magasins, les transports, la rue", a déclenché de vives réactions.

Alors que le FN fait sa rentrée politique ce week-end à La Baule, Marine Le Pen a choisi de se placer au cœur de l’actualité, en plein regain de tension dans le monde musulman après la diffusion d'un film et la publication de caricatures. Dans une interview au Monde publiée vendredi, Marine Le Pen fait une proposition choc : elle se prononce pour l'interdiction du voile islamique et de la kippa juive dans l'espace public.

La déclaration du jour. La présidente du FN commence par rappeler son souhait d'interdire le voile islamique dans "les magasins, les transports, la rue". "Le voile est interdit. C'est clair. On est capable de faire la différence entre un voile religieux et un voile qui ne l'est pas", dit-elle. Interrogée sur d'autres signes religieux ostentatoires comme la kippa, Marine Le Pen répond : "Il est évident que si l'on supprime le voile, on supprime la kippa dans l'espace public".

Ce qu'il y a de nouveau. Pendant la campagne, Marine Le Pen prônait déjà l'interdiction du "port du voile ou de tout autre signe religieux ostentatoire", mais seulement dans "les services publics administratifs dépendant de l'Etat ou des collectivités territoriales". La présidente du FN avait ajouté qu'une "réflexion (serait) engagée pour étendre cette disposition aux transports publics".

Les premières réactions politiques. Le ministre de l'Education Vincent Peillon a estimé vendredi que "Marine Le Pen est la première des intégristes". "Tous ces amalgames, ces imprécisions, font le lit de l'obscurantisme et de la haine. Réagissons (...). Marine Le Pen jettera de l'huile sur le feu sur tous les intégrismes", a déclaré Vincent Peillon, en marge de l'inauguration à Drancy d'un mémorial de la Shoah. François Hollande a également réagi, sans toutefois répondre frontalement à la présidente du FN. "Tout ce qui déchire, oppose, divise est maladroit et donc, nous devons appliquer les règles, les seules règles que nous connaissons, c'est les règles de la République et de la laïcité", a assuré le chef de l'Etat. Gilbert Collard s’est un peu démarqué de la présidente du FN. "Pour moi, la kippa ne pose pas problème. Elle n'a pas la même visibilité ostentatoire que le voile", a déclaré le député FN.