Le Pen préfère "les vaches" aux "Arabes"

  • A
  • A
Le Pen préfère "les vaches" aux "Arabes"
@ CAPTURE D'ECRAN YOUTUBE
Partagez sur :

VIDEO - Bruno Gollnisch défend "une boutade" de Le Pen sur les "vaches" et les "Arabes".

La scène a été exhumée jeudi, par L'Express.fr. Assis confortablement et visiblement très amusé, Jean-Marie Le Pen raconte ses souvenirs à une journaliste de VSD et lâche : "Après ça, j'ai acheté une maison de campagne, pour permettre à mes enfants, qui habitaient le XVe, de voir des vaches ... au lieu de voir des Arabes".

"Pas peur des poursuites"

Semblant être conscient du caractère raciste de ses propos, le leader du Front National n'est pas gêné et assène même : "Je n'ai pas peur des poursuites".

"Je suis l'objet d'une enquête, à la suite d'une plainte de SOS Racisme, parce que j'ai dit que 90% des faits divers étaient le fait d'immigrés ou de descendants d'immigrés", ajoute Jean-Marie Le Pen. "C'est pas permis de dire ça, si j'étais UMP on dirait que c'est un dérapage. Moi je dérape plus depuis longtemps, je suis hors-piste depuis longtemps...", ajoute le chef frontiste.

Cette séquence est tirée d'un documentaire de 52 minutes diffusé, par Public Sénat en avril dernier, sur la dernière campagne de Jean-Marie Le Pen. Jusqu'à présent, elle était passée inaperçue.

Gollnisch parle d'une boutade

Jeudi matin, Bruno Gollnisch a défendu le fondateur du FN jurant, sur France Inter, que ces propos étaient une "boutade".

"Moi je n'ai pas d'hostilité à l'égard des Arabes. Le Pen a défendu des Arabes. Le Pen a été le premier homme politique qui ait présenté un Arabe à la députation. Le Pen s'est opposé à la guerre en Irak. Mme Le Pen préside une association toujours active pour venir en aide aux orphelins d'Irak", a argumenté le vice-président du FN avant d'ajouter : "Oui, c'est une boutade".

Jean-Marie Le Pen, fera sa rentrée politique, dimanche, dans le Pas-de-Calais, où est implantée sa fille Marine qui entrera la semaine suivante officiellement en compétition avec Bruno Gollnisch pour succéder à son père à la tête du parti.