Le Pen pense déjà aux municipales
marine le pen, la baule, université d'été du FN © MAXPPP

Elle a promis un succès du parti en 2014, en clôturant l’université d’été du Front national.

Elle a déjà les élections municipales en ligne de mire. Marine Le Pen, la présidente du Front national, a clôturé l’université d’été de son parti à La Baule, dimanche, en promettant des maires et des conseillers municipaux FN à l’issue des élections municipales de 2014. Le FN est "en train de se transformer en véritable machine de guerre", a ainsi assuré celle qui a obtenu 17,9% des voix au premier tour de la présidentielle.

>> A lire aussi : Comment le FN forme ses candidats

L’ex-candidate à l’Elysée a exhorté ses troupes à constituer des listes des maintenant, avec une conviction : les municipales sanctionneront François Hollande. Marine Le Pen est également persuadée que l’UMP va vivre des années difficiles, en raison de l’ombre de Nicolas Sarkozy.

"Prendre en main le pays"

Au-delà de 2014, Marine Le Pen pense aussi déjà à la présidentielle de 2017. Elle espère bien constituer des relais afin d’aborder le scrutin en position de force, et assure à ses militant qu’elle a "l’intention de prendre en main le pays".

La présidente du FN a en outre lancé une charge violente contre François Hollande, et prononcé un véritable réquisitoire contre la présidence "normale". Marine Le Pen a repris l’anaphore utilisée par le candidat Hollande lors de son débat face à Nicolas Sarkozy entre les deux tours de la présidentielle.

"Vous, président de la République…"

"Vous, président de la République…", a-t-elle lancé, ajoutant : "vous n’avez respecté qu’une seule de vos grandes promesses : vous êtes un président normal, dramatiquement normal".

"Vous cédez au bras de fer que nous imposent les fondamentalistes", a-t-elle encore accusé, en défendant une nouvelle fois sa proposition polémique d’interdire le voile et la kippa dans la rue. A la liste des interdits, elle a ajouté dimanche la djellaba, tout en dénonçant "un déchaînement de la meute UMPS", persuadée que l’opinion lui sera favorable.

>> A lire aussi : Voile, kippa : ce que dit la loi