La présidente du FN Marine Le Pen a lancé lundi publiquement sa campagne aux élections législatives de juin à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), où elle affrontera notamment Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de Gauche. "Mon principal adversaire y sera, dans cette circonscription socialiste, le candidat socialiste (Philippe Kemel, ndlr) qui est le représentant d'un système féodal, anachronique, corrompu, clientéliste, que nous combattons sans relâche et que nous sommes en train de faire tomber", a-t-elle assené au cours d'une conférence de presse.

Durant toute cette conférence, elle n'a jamais cité le nom de Jean-Luc Mélenchon. "J'affronterai tous les candidats que la démocratie m'a donné" a-t-elle simplement évoqué. Avant de poursuivre : "Je fais campagne pour les électeurs et non les caméras."

Répondant à une question d'un journaliste, elle affirme être prête à débattre avec ses adversaires mais "pas seulement M.Mélenchon par respects pour les autres".

Suite à une autre question, elle lance également que "toutes les voix de M.Mélenchon dans cette circonscription viennent des bobos et des immigrés", ce qui ne fait pas plus de 11% selon elle.