Le Pen : Eva Joly est "francophobe"

  • A
  • A
Le Pen : Eva Joly est "francophobe"
Marine Le Pen s'en est prise mardi à Eva Joly.@ EUROPE 1
Partagez sur :

INTERVIEW - La candidate du Front national a jugé les propositions d’Eva Joly "délirantes".

Les écologistes sont dans sa ligne de mire. Marine Le Pen, candidate du Front national à l’élection présidentielle, s’en est prise mardi sur Europe 1 à Eva Joly, la candidate d’Europe Ecologie-Les Verts. Jugeant ses propositions "délirantes" et "francophobes", Marine Le Pen a affirmé qu’Eva Joly exprimait "son hostilité à l’égard de tout ce qui symbolise le patriotisme".

"Elle veut supprimer le 14-Juillet, elle a indiqué que le ‘made in France’ la scandalisait", s'est insurgée la candidate du FN, s’interrogeant : "pourquoi est-elle candidate en France si tout ce qui touche de près ou de loin à la France la hérisse ?". "A chaque fois qu’Eva Joly ouvre la bouche, cela devient un gag", a encore lancé Marine Le Pen, demandant à Eva Joly de "profiter du jour de Noël pour ouvrir son cœur à l’amour du pays dont elle prétend être la présidente".

"La vraie écologie"

La présidente du FN a brocardé plus généralement les écologistes, qu’elle a jugés "complètement contradictoires" sur le thème de la mondialisation. "Le fait d’aller fabriquer des produits à 15.000 km et retraiter les déchets souvent à 10.000 km, ailleurs, […], c’est évidemment complètement contraire à une vision de long terme", a estimé la candidate. Pour elle, "la vraie écologie, c’est produire au plus près et retraiter sur place".

Marine Le Pen avait également attaqué les écologistes lundi, alors qu’elle visitait le marché de Noël des Champs-Elysées. "Profondément, [Eva Joly] méprise les réflexes que j’encense", a-t-elle déclaré, accusant la candidate d’EELV de silence sur les affaires de corruption présumée dans le Pas-de-Calais.

Alors que son père, Jean-Marie Le Pen, moque volontiers l’accent nordique de la candidate d’EELV, Marine Le Pen a quant à elle estimé qu’Eva Joly, qui n’est pas née en France, ne devrait pas se présenter à l’élection présidentielle. "Je ne crois pas qu'il soit légitime de se présenter à la présidence de la République quand on est devenu français tardivement", avait-elle asséné en juillet, faisant référence aux racines norvégiennes de la candidate d’EELV.