Le Pen et la "naïveté" des Norvégiens

  • A
  • A
Le Pen et la "naïveté" des Norvégiens
@ REUTERS
Partagez sur :

Jean-Marie Le Pen a jugé la "naïveté" de la Norvège "plus grave" que les attentats d’Oslo.

L’extrême-droite pointée du doigt dans les attentats d’Oslo, le Front National a décidé de faire profil bas. Mais c’était sans compter sur la verve de son fondateur et président d'honneur, Jean-Marie Le Pen, qui a considéré vendredi que la "naïveté" du gouvernement norvégien était "plus grave" que la tuerie d'Oslo. Des propos qu'il a maintenu samedi.

Les attentats d'Oslo qualifiés "d'accident"

Alors qu'il s'exprimait comme chaque semaine sur le site internet du FN, Jean-Marie Le Pen a évoqué vendredi l’actualité récente. Qualifiée de "petit pays sympathique", la Norvège a, selon lui, fait preuve d’une grande "naïveté", "plus grave" que les attaques perpétrées par Anders Behring Breivik, qualifiées d'"accident".

La Norvège "n'a pas pris la mesure du danger mondial que représentent d'abord l'immigration massive, qui est la cause principale, semble-t-il, dans l'esprit de ce fou meurtrier (de son acte), mais encore le terrorisme, qui est un phénomène mondial", a-t-il poursuivi.

Samedi, pas de démenti, SOS Racisme monte au front

Interrogé samedi sur ses propos de la veille, Jean-Marie Le Pen a maintenu ses propos, malgré la quête de respectabilité initiée par sa fille. "La folie d'un dingo, ce sont des choses qui arrivent. En revanche, les conséquences meurtrières me paraissent quand même beaucoup plus liées à la naïveté de l'Etat norvégien qu'à la folie de ce dingo", a-t-il déclaré. Mais, a-t-il ajouté, "comment peut-on imaginer que je veuille diminuer la responsabilité de ce bonhomme que je ne connais pas ?"

"Par ses propos, Jean-Marie Le Pen engage bien évidemment le Front national", a réagi samedi l'association SOS Racisme. "L’image de respectabilité que Marine Le Pen prétendait lui offrir a bien du mal à ne pas exploser en vol dès que, au Front national, l’occasion d’assouvir sa haine de l’étranger et son dédain pour la vie trouvent matière à s’exprimer", a ajouté l'assocaition.

Une sortie qui dérange un FN en quête de respectabilité

Contactés samedi pour réagir à cette nouvelle sortie, ni Marine Le Pen ni ses proches n’ont pas souhaité répondre. Le parti d'extrême droite marche en effet sur des œufs avec le drame norvégien. Il avait officiellement condamné la tuerie samedi dernier, au lendemain des faits, dans un très bref communiqué. Mais le FN a dû également suspendre quelques jours plus tard l'un de ses candidats aux cantonales, Jacques Coutela, qui avait diffusé sur son blog un texte faisant l'apologie d'Anders Behring Breivik et de son islamophobie.

Samedi dernier, au lendemain des attaques, un cadre du FN, Laurent Ozon, avait également posté plusieurs messages sur Twitter où il pointait une hausse de l'immigration en Norvège, semblant faire un lien avec la tuerie. "Expliquer le drame d'Oslo : explosion de l'immigration : X6 (multipliée par 6, ndlr) entre 1970 et 2009", disait notamment l'un de ces tweets.