Le Maire : "pas une réforme brutale"

  • A
  • A
Le Maire : "pas une réforme brutale"
@ EUROPE 1
Partagez sur :

Le ministre de l’Agriculture a défendu la méthode gouvernementale sur la réforme des retraites.

Au lendemain de la cinquième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, Bruno Le Maire est venu défendre la méthode du gouvernement face à l’opposition et à la rue. "Il y a eu une écoute de la rue, des inquiétudes qui se manifestent", a estimé dimanche le ministre de l’Agriculture dans le cadre du Grand rendez-vous Europe1-Le Parisien/Aujourd’hui en France.

"On ne peut pas dire que le gouvernement et le président de la République sont restés droit dans leur botte. Il y a eu des avancées très significatives. Sur les carrières longues, sur la pénibilité, sur les mères de famille…", a rappelé le ministre avant de faire de la pédagogie. "Cette réforme est progressive. Elle ne va pas s’appliquer du jour au lendemain. S’agissant de l’âge légal de départ. Ça s’applique à partir du 1er juillet 2011 à raison de 4 mois par an pour l’âge d’ouverture de droit. Ce n’est pas une réforme couperet, brutale."

Cette réforme est progressive :

Intangible sur l’âge légal

L’ancien député de l’Eure estime que la parole est désormais aux élus. "On est clairement à un tournant dans la réforme des retraites. La rue s’est exprimée, la démocratie sociale s’est exprimée. Maintenait, la démocratie parlementaire doit reprendre la main, s’exprimer à son tour, conclure le débat et permettre à cette réforme de s’appliquer", a encore déclaré Bruno Le Maire.

Est-ce à dire que plus aucune concession n’est possible ? "La réforme est entre les mains du Sénat. S’ils veulent ajouter un point ou un autre, c’est aux sénateurs de le décider. Les parlementaires ont leur mot à dire et il faut les écouter", a lancé Bruno Le Maire. "Mais il y a des bornes intangibles que nous ne franchirons pas. Ces bornes, ce sont les mesures d’âge."

Contre la suppression du bouclier fiscal

Par ailleurs, Bruno Le Maire s’est dit opposé à toute suppression du bouclier fiscal et de l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF). "Une centaine de membres de notre majorité a proposé un donnant-donnant : supprimer l’ISF d’un côté, le bouclier fiscal de l’autre. Je ne suis pas d’accord. L’ISF rapporte 3 milliards par an, alors que le bouclier fiscal coûte 670 millions. Ce ne serait donc pas bon pour les finances publiques", a-t-il expliqué.

"Qu’on aménage le bouclier fiscal sur un ou deux points, ça me paraît être une bonne idée", a toutefois admis le ministre de l’Agriculture. "On peut aussi aménager, améliorer l’ISF. Sur les résidences principales notamment, qui pourrait sortir de la prise en compte".

"Ne pas supprimer l'ISF" :

" Personne ne peut être candidat à Matignon"

Enfin, Bruno Le Maire a évoqué le futur remaniement, prévu pour la mi-novembre. Cité parmi les premier-ministrables potentiels, le ministre de l’Agriculture a critiqué ceux qui, comme Jean-Louis Borloo ou Michèle Alliot-Marie, qui ont dit leur intérêt pour Matignon. "Personne ne peut être candidat à Matignon", a-t-il déclaré. Ce n’est pas correct vis-à-vis du Premier ministre en exercice. Ce n’est pas correct vis-à-vis du président de la République. En plus, c’est décalé vis-à-vis des Français."

Alors que Dominique de Villepin, dont il reste un proche et ami après avoir été son collaborateur pendant près de huit ans, qui a affirmé que Jean-Louis Borloo avait reçu des garanties, Bruno Le Maire réfute avec humour : "Soit il a des informations dont je ne dispose pas, ce qui est possible, soit il a des talents de Pythie, ce qui est possible aussi."