Le Maire : "nous ne reviendrons pas sur le mariage homosexuel"

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le député de l'Eure ne soutiendra pas le gouvernement dans sa volonté de supprimer les retraites chapeau : "c'est de la diversion", a-t-il jugé.

L'INFO. L'élection à la présidence de l'UMP se rapproche. Dans moins de deux semaines, les militants auront un nouveau patron. Et si Nicolas Sarkozy est donné archi-gagnant, Bruno Le Maire espère bien créer une énorme surprise. C'est ce que l'ancien ministre de l'Agriculture a, notamment, assuré mercredi sur d'Europe 1.

>> A LIRE AUSSI - Démocratie participative : Royal inspire-t-elle la droite ?

"Supprimer les retraites chapeau, c'est de la diversion". Interrogé avant cela sur la volonté du ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, de mettre fin aux grosses retraites chapeau dans les grands groupes, le député de l'Eure a assure qu'il ne soutiendra pas l'exécutif sur ce plan : "non car c'est de la diversion. Le nécessaire a été fait par le précédent gouvernement. Nous les avons taxés lourdement. Il y a beaucoup mieux à faire. Ce gouvernement ferait mieux de s'occuper de sauver les retraites, d'aligner les règles de cotisation du public sur le privé et de supprimer les régimes spéciaux. C'est à chaque entreprise d'être responsable."

>> A LIRE AUSSI - Comment Fillon veut sauver sa peau

RTR2SYKY(2)

"Cela créerait des tensions dont la société française n'a pas besoin." Samedi dernier, Nicolas Sarkozy a clarifié sa position sur le mariage pour tous, prônant l'abrogation en cas d'alternance en 2017. Doit-il corriger ses propos ? "Posez-lui la question ! Nous ne reviendrons pas sur le mariage homosexuel car cela créerait des tensions dont la société française n'a pas besoin. Nous ne reviendrons pas dessus car le vrai combat que doit mener la droite républicaine, c'est contre le droit à l'enfant."

>> A LIRE AUSSI - Loi Taubira : la position de Sarkozy "ne va contenter personne"

Quant à la volonté de l'ancien président de faire voter les militants sur ce sujet, Bruno Le Maire y est farouchement opposé : "sur ce genre de lois de société, un chef doit assumer sa responsabilité. Moi je dis clairement que je ne ferai pas voter les militants et que nous ne reviendrons pas dessus."

"Je ne veux pas de clans." Convaincu que sa victoire est possible, Bruno Le Maire va même jusqu'à imaginer un Nicolas Sarkozy travaillant pour lui : "tout le monde doit travailler avec le futur président de l'UMP ! Moi je ne veux pas de clans. Je travaillerai volontiers avec le prochain président de l'UMP. Je suis inquiet de voir des futures nominations déjà prêtes, de futurs statuts déjà en préparation. Si je suis élu, je prends l'engagement de faire une place à chacun et de ne pas favoriser mes proches.

>> L'intégralité de l'entretien en vidéo :



Le Maire : "Nous ne reviendrons pas sur le...par Europe1fr