Le grand oral des candidats en 5 images

  • A
  • A
Le grand oral des candidats en 5 images
Cinq prétendants à l'Elysée sur le grill@ CAPTURE D'ECRAN
Partagez sur :

DECRYPTAGE - Un spécialiste de la gestuelle a regardé la prestation des candidats sur France 2.

Dupont-Aignan, Joly, Hollande, Le Pen, Poutou. Cinq des dix candidats à l'élection présidentielle ont participé mercredi soir à la première des deux émissions de France 2, qui tiennent davantage du "grand oral" que du "débat", les prétendants intervenant les uns après les autres, sans se croiser. Durant quinze minutes chacun, les candidats ont donc réaffirmé leurs ambitions et décoché quelques piques en direction de leurs rivaux. Au-delà des mots, Stephen Bunard, synergologue et spécialiste de la communication a scruté les gestes de ces présidentiables. Pour Europe1.fr, il livre son analyse et décode le langage "non verbal" du président.

• François Hollande, la voix de la raison

fh930

"Le candidat socialiste a énormément agité sa main droite, le côté de la maîtrise et de la raison : François Hollande a donc avant tout argumenté. Il a essayé de convaincre. En comparaison, sa main gauche, celle de la spontanéité et de l’émotion a, elle, quasiment été absente lors de son intervention."

"Y a-t-il une attitude qui l’a trahi ? Peut-être bien, quand il a évoqué la nécessité d’un rassemblement de la gauche pour le second tour de la présidentielle : ses lèvres se sont alors rassemblées en bouche d’huître : il était clairement en retrait. Il y avait à ce moment une gêne indéniable."



• Philippe Poutou, la voix de la sincérité

poutou-bandeau

"Le sourcil droit du candidat du NPA était constamment dressé. Ce qui traduit une volonté de mettre l’autre ou ce qui l’entoure à distance".

"Philippe Poutou a également beaucoup utilisé sa main gauche. Celle de la spontanéité. Il était convaincu par son propos."



• Eva Joly, des propos réfléchis

joly-bandeau

"A plusieurs reprises, la langue d’Eva Joly est sortie de sa bouche. Ce geste peut avoir deux sens. Un positif, la candidate écologiste s’est délectée de sa présence à l’émission, notamment lorsqu’elle a évoqué sa candidature. Un négatif aussi, notamment quand son mouvement s’est fait plus lent : Eva Joly sortait alors sa langue de vipère évoquant les affaires ou les négociations avec le PS."

 "Un deuxième aspect chez Eva Joly : elle a régulièrement regardé vers le haut, puis à gauche et à droite, ce qui est généralement l’apanage des personnes qui réfléchissent beaucoup avant de parler." 



• Marine Le Pen, des petits gestes qui la trahissent

mlp

"La candidate du Front national a eu beaucoup de micro-démangeaisons".

"Elle s’est notamment touché le visage quand les journalistes l’ont interrogée sur son niveau dans les sondages. A ce moment-là, ce geste a marqué son malaise".



• Nicolas Dupont-Aignan, l’émotif

dupont-aignant

"Ce que l’on a remarqué d’emblée chez Nicolas Dupont-Aignan, c’est sa ride du lion, verticale et entre les deux yeux. Cette ride est un peu plus marquée à gauche, du côté de l’émotion. C’est la ride des émotifs".

"Dans sa gestuelle, le candidat a également eu des mouvements très hauts, notamment quand il a pointé son index vers le haut. Ce qui démontre un caractère de dominant".