Le gouvernement au chevet de l'emploi

  • A
  • A
Le gouvernement au chevet de l'emploi
Les ministres se réunissent vendredi matin pour un séminaire gouvernemental à Matignon.@ MaxPPP
Partagez sur :

Le séminaire gouvernemental de vendredi a étudié des pistes pour réduire le chômage.

Comment contenir la hausse du chômage ? C'est la question à laquelle les ministres, réunis à Matignon vendredi matin pour un séminaire gouvernemental, ont tenté d'apporter une réponse. Europe 1 vous livre quelques pistes.

>> A LIRE : La feuille de route du gouvernement pour 2013

• Le contexte. Le constat est en effet édifiant : 19 mois consécutifs de hausse du chômage pour un total de 3,13 millions de personnes à la recherche d'un emploi, en hausse de 10,8 % sur un an. Et aucune accalmie n'est en vue : la plupart des économistes estiment que le chômage devrait encore progresser en 2013. Pour autant, l'exécutif ne perd pas espoir et veut croire que la courbe peut être inversée cette année.

• "Plus de cohésion". Face à cela, le séminaire gouvernemental vise en premier lieu à ressouder les équipes. "Il faut qu'on retrouve l'esprit du 'Crédit d'Impôt Compétitivité Emploi' où chacun avait pu exprimer son point de vue en interne, ce qui avait évité les couacs derrière", confie l'un des participants. "Plus de débat entre nous, pour plus de cohésion" résume un ministre.

• 200.000 emplois aidés. Cette réunion doit surtout permettre d'étudier à la loupe toutes les options à disposition du gouvernement. A commencer par les emplois aidés. Le gouvernement en veut 200.000 avant la fin de l'année, qui doivent permettre d'absorber une partie des nouveaux chômeurs.

• Des contrats de génération rétroactifs. Une autre piste serait à l'étude, selon les informations recueillies par Europe 1, pour inciter les petites entreprises, TPE et PME, à embaucher dès le mois de janvier : c'est la rétroactivité des contrats de génération. Ceux-ci prévoient d'accorder des exonérations de charges aux entreprises qui embauchent un jeune en CDI et conservent un senior pour lui servir de tuteur.

>> A LIRE : Le contrat de génération, mode d'emploi

La mesure, débattue courant janvier au Parlement, doit entrer en application en avril. La solution envisagée consisterait à inciter les entreprises à signer des contrats de génération dès aujourd'hui, en faisant en sorte qu'elles puissent bénéficier de la réduction de charges avant le vote de la loi.