Le Front de gauche joue l’unité

  • A
  • A
Le Front de gauche joue l’unité
Pierre Laurent et Jean-Luc Mélenchon ont profité de la Fête de l'Humanité pour se montrer plus unis que jamais.@ MAXPPP
Partagez sur :

A la Fête de l’Humanité, les ténors du mouvement ont voulu se montrer comme une équipe soudée.

Les leaders du Front de gauche avaient un message à faire passer samedi, au deuxième jour de la Fête de l’Humanité. Alors ils l’ont martelé. "On est unis comme les doigts de la main et on va continuer à travailler ensemble", a affirmé Pierre Laurent. "Nous ne sommes pas en compétition", a abondé Jean-Luc Mélenchon. Le mouvement, qu’on avait dit déchiré après la présidentielle, reste uni, fallait-il bien sûr comprendre.

Sourires et accolades

Le secrétaire national du PCF et l’ex-candidat à l’élection présidentielle sont d’ailleurs arrivés ensembles, souriants, à une réunion publique au stand de Front de gauche. Les deux leaders se sont ensuite donnés l’accolade puis, à longueur de discours, les deux hommes ont assuré qu’il formait, selon les mots de Pierre Laurent, "une équipe soudée".

 
laurent-melenchon-embrassad

Et le secrétaire national du PCF de "faire la remarque aux journalistes" qui lui "tiennent la jambe" au sujet du leadership du Front de gauche : "Je vais leur faire une confidence, ce problème m'intéresse autant que les problèmes de phlébite de la Reine d'Angleterre". Puis : "Ca défrise les modèles, on a du mal à s'arracher à une vision nombriliste et patriarcale de la politique ?" a-t-il raillé.

Mélenchon : "je suis un artiste"

Plus tard, face aux journalismes, Jean-Luc Mélenchon s’est confié avec un brin de lyrisme sur sa place au sein du mouvement. "Ma place, c'est ce que je fais", a-t-il expliqué. "Je suis un artiste, j'ai besoin de créer librement". Quant à l’émergence d’autres personnalités ? "Ça va se faire tout seul. On ne fait pas éclore des roses en tirant sur les pétales", a-t-il imagé.

Quelques minutes plus tard, Jean-Luc Mélenchon quittait les lieux entouré d'une fanfare. Le titre que les musiciens interprétaient : "Les copains d'abord".