Le FN visé par une nouvelle enquête : "un acharnement judiciaire" pour Philippot

  • A
  • A
Partagez sur :

Pour le vice-président du Front national, invité mercredi de la matinale d'Europe 1, le parti frontiste est victime d'une tentative de déstabilisation avant 2017.

INTERVIEW

Une enquête a été ouverte à Paris pour escroquerie et blanchiment autour des dernières campagnes électorales du Front national. Les juges se demandent s'il existe au FN un système de remboursements de frais de campagnes surévalués. Cette nouvelle affaire vient s'ajouter à celle sur le financement des législatives de 2012, mais aussi à celle sur la déclaration de patrimoine de Marine Le Pen ouverte en janvier 2016, et à celle sur les soupçons de fraude du parti au Parlement européen.

Des comptes validés. "C’est toujours la même enquête qui a été étendue à d’autres élections", a tenu a nuancer Florian Philippot, vice-président du FN, et invité mardi de la matinale d’Europe 1. "Ces élections ont été validées, je le rappelle, par la commission nationale des comptes de campagne et du financement des partis politiques, c’est à dire par des magistrats spécialisé".

Une nouvelle épine avant 2017. "Cela ressemble à un acharnement judiciaire pur et simple, à quelque mois d’une élection présidentielle", estime l’euro-député. "Il est dommage que la justice soit instrumentalisée à ce point". "Le but c’est de faire du bruit, estime encore Florian Philippot, d’égrener tout cela jusqu’à la présidentielle, chacun l’aura compris". "Le Front n’a strictement rien à se reprocher", assure encore ce proche de Marine Le Pen.