"Le département, c’est l’ADN de la France"

  • A
  • A
"Le département, c’est l’ADN de la France"
Alain Marleix, député UMP, conseiller général du Cantal et ancien secrétaire d'Etat aux collectivités territoriales@ DR
Partagez sur :

VOTRE CHOIX D’ACTU DU 22 AVRIL - Selon Alain Marleix, la suppression des conseils généraux n’est pas la meilleure solution pour "simplifier le millefeuille administratif".

Chaque jour avec "Votre choix d’actu", Europe 1 vous propose de définir un thème qui sera approfondi dans Europe midi - Votre Journal animé par Wendy Bouchard. Dès 9h, rendez-vous sur la page d’accueil d’Europe1.fr pour voter. Vous pouvez le retrouver sur www.europe1.fr/Info/Votrechoixdactu

>>> Mardi 22 avril, vous avez été 80% à faire "Votre choix d’actu" sur la réunion entre Manuel Valls et les représentants des départements et des régions de France qui se tient mardi à Matignon. Selon Alain Marleix, député UMP, conseiller général du Cantal et ancien secrétaire d’Etat aux collectivités territoriales, il est nécessaire de "simplifier, la France ne peut pas rester avec ce handicap très important pour son développement économique et son territoire". Mais, si selon lui diviser le nombre de régions par deux est une bonne piste, il se montre en revanche très sceptique quant à la suppression des conseils généraux d’ici 2021.



Alain Marleix "Les départements sont l'ADN de...par Europe1fr

Alain Marleix, qui avait lui-même porté une réforme territoriale, résume ainsi sa pensée : "les départements, c’est important". "Il y a un vrai patriotisme départemental et non pas un patriotisme régional", insiste-t-il. Même si la suppression des départements en tant que découpage administratif n’est pas prévue, Alain Marleix affirme que "cela revient au même avec la disparition des conseils généraux, il n’y a pas de département qui puisse marcher sans organisation territoriale". Il ajoute que le département c’est "la proximité", "la vie quotidienne des Français", et que les compétences des départements ne pourront être transmises à la région, qui sera trop éloignée du terrain. Affirmant que "le département, c’est l’ADN de la France", il dénonce des "réformes faites par des technocrates qui connaissent la province parce qu’ils passent leurs vacances à Saint-Paul-de-Vence ou Courchevel".