Budget de la Sécu 2015 : le déficit plus important que prévu

  • A
  • A
Budget de la Sécu 2015 : le déficit plus important que prévu
Marisol Touraine a prévenu que le déficit de la Sécurité sociale serait plus important que prévu.@ Max PPP
Partagez sur :

La ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, a prévenu que le déficit de la Sécurité sociale s'établirait à 11,7 milliards d'euros pour 2014.

Finalement, ce sera 11,7 milliards d'euros. La ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, a prévenu dimanche soir, à la veille de la présentation du budget de la Sécu, que le déficit du régime général serait plus important que prévu cette année. 

9,6 milliards inscrits dans le budget 2014. En juin, la commission des comptes de la Sécurité sociale avait annoncé un déficit légèrement dégradé par rapport aux prévisions initiales (9,9 milliards contre 9,6 inscrits dans le budget 2014). Ce déficit a été ensuite réévalué à 9,8 milliards pour le régime général, dans le budget rectificatif cet été. D'après la ministre, il s'élèvera donc pour 2014 à 11,7 milliards d'euros.

"Malgré une conjoncture économique très difficile", "moins de rentrées de cotisations" et des "dépenses importantes", "le déficit ne s'aggrave pas par rapport à l'année dernière", s'est tout de même réjouie Marisol Touraine. Elle a en effet précisé que le déficit du régime général, plus celui du fonds de solidarité vieillesse, s'établiraient à 15,4 milliards d'euros cette année et ne se dégradaient donc pas.Elle a aussi comparé le déficit attendu du régime général avec celui de l'an dernier (12,5 milliards), constatant une "amélioration".

>> LIRE AUSSI - Le gouvernement pourrait réduire le congé parental pour les femmes

Pas de gel des prestations familiales. En outre, la ministre a aussi assuré qu'il n'y aurait "aucun déremboursement" de médicaments, ni de gel l'an prochain des prestations familiales, tout en ajoutant que "d'autres mesures seront envisagées" pour "maîtriser les dépenses de la politique familiale". La ministre a expliqué vouloir "maîtriser la progression des dépenses" de la politique familiale. 

>> LIRE AUSSI - Les Français vont-ils trop aux urgences ?