"Le début de quinquennat est un désastre"

  • A
  • A
"Le début de quinquennat est un désastre"
Olivier Duhamel, éditorialiste@ MAXPPP
Partagez sur :

VOTRE CHOIX D’ACTU DU 24 AVRIL – En déplacement mercredi 23 avril à Carmaux dans le Tarn, François Hollande a été accueilli sous les huées.

Chaque jour avec "Votre choix d’actu", Europe 1 vous propose de définir un thème qui sera approfondi dans Europe midi – Votre Journal animé par Wendy Bouchard.

Dès 9h, rendez-vous sur la page d’accueil d’Europe1.fr pour voter. Vous pouvez le retrouver sur www.europe1.fr/Info/Votrechoixdactu

>>> Jeudi 24 avril, vous avez été 85% à faire "Votre choix d’actu"  sur l’accueil houleux reçu par le président de la République lors de son hommage à Jean Jaurès. Selon Olivier Duhamel, cela "n’est pas un scoop que les Français sont déçus" puisque "le début du quinquennat de François Hollande est un désastre sans précédent". Selon Olivier Duhamel, l’échec du président à tenir ses engagements sur la croissance et le chômage, son choix de Jean-Marc Ayrault et "sa déroute électorale historique" sont responsables de ces réactions violentes.



"Le début de quinquennat de François Hollande...par Europe1fr

Ne pas "s’enfermer à l’Elysée". Olivier Duhamel considère comme "à côté de la plaque" les analystes qui pensent que le président devrait arrêter les rencontres avec les Français. "S’enfermer à l’Elysée ne serait pas une solution" ajoute l’éditorialiste. Au contraire, aller au contact du peuple permet "de l’entendre". De plus, ils estiment que ces images de François Hollande se faisant interpeler violemment "n’ont rien de désastreux", on voit un "président qui prend des risques".

De l’autorité et de l’empathie. En revanche, la grande voix d’Europe 1 estime que "quand il parle aux Français, François Hollande doit parler autrement". Selon lui, il doit "incarner l’autorité" et être "en empathie". "Il a un problème sur les deux" analyse Olivier Duhamel, "et plus qu’on ne le croit sur l’empathie". Il estime que les Français ont l’impression que "le président ne se met pas à leur place", ce qui accentue leur déception.