Le Club Villepin prépare sa mutation

  • A
  • A
Le Club Villepin prépare sa mutation
@ MAXPPP
Partagez sur :

L'ex-premier ministre réussira-t-il à transformer ses "15.000" sympathisants en militants ?

Jusqu’ici tout va bien. L’annonce de la création d’un nouveau "mouvement politique", jeudi dernier par Dominique de Villepin, a créé un appel d’air. "Désormais, on compte près de 15.000 adhérents", assure, mardi à Europe1.fr, Brigitte Girardin, la présidente du Club Villepin.

Parmi ces 15.000 sympathisants, il y a ceux du Club Villepin qui se sont acquittés d’une cotisation et les autres, les simples adhérents du réseau social Villepincom.

Selon Brigitte Girardin, le jour même de l’annonce de l’ancien Premier ministre, "il y a eu un rush des adhésions". "On recevait alors une adhésion par minute", insiste-t-elle avant de raconter : "nous n’avions eu que deux rushs similaires depuis notre création. Le premier après le premier discours de Dominique de Villepin devant les membres du club à la maison de l’Amérique Latine. Le second après le jugement de l’affaire Clearstream".

Quid du Club Villepin après le 19 juin ?

Reste à savoir ce que deviendront ces 15.000 adhérents après le 19 juin, date du lancement officiel du nouveau parti villepiniste ? "Les deux sites internet (Club Villepin et Villepincom) vont être rachetés par le parti", explique Brigitte Girardin. "L’association, elle sera dissoute et on proposera aux adhérents s’ils veulent oui ou non rejoindre le parti. Nous voulons faire les choses dans les règles. Les procédures sont très strictes", précise-t-elle encore.

"Mais je n’ai pas le sentiment que les adhérents du club, nous dirons 'non' demain", quand il s’agira de rejoindre le parti, martèle la présidente du club.

62% des Français "pas intéressés"

L’enthousiasme de Brigitte Girardin pourrait cependant être entamé par un récent sondage selon lequel 69% des Français se déclarent "pas intéressés" par ce futur mouvement politique.

Selon ce sondage réalisé par l’institut LH2*, 28% des sondés seulement se disent intéressés, dont 23% "un peu" et 5% "beaucoup".

Ces personnes se recruteraient plutôt auprès des sympathisants du Modem (40%), de la droite parlementaire (35%) ou encore de l'UMP (34%).

*Ce sondage a été effectué les 26 et 27 mars par téléphone auprès d'un échantillon de 996 personnes représentatif de la population âgée de 18 ans et plus.