Le clan des Verts plus divisé que jamais

  • A
  • A
Le clan des Verts plus divisé que jamais
@ REUTERS
Partagez sur :

Les militants saluent la campagne de la candidate écologiste. Pas les cadres du parti.

Les Verts ont montré leurs divisions tout au long de la campagne d'Eva Joly, et ce jusqu'au premier tour. Alors que la candidate écologiste a recueilli 2,28% des votes, des personnalités du parti n'ont pas attendu son discours, dimanche, pour appeler à voter pour François Hollande au second tour.

Les députés européens EELV Daniel Cohn-Bendit et José Bové ont ainsi publié un "Appel des écologistes à voter François Hollande".

Voynet "dégoûtée"

"Au premier tour, nous avons défendu des stratégies différentes. Mais ce qui nous unit, c'est d'affirmer que l'écologie est un axe fondamental de la politique", soulignent-ils. Outre Daniel Cohn Bendit, José Bové et Corinne Lepage, cet appel a été signé par la sénatrice EELV Leïla Aïchi, le cofondateur des Verts Alain Lipietz, la députée PRG de Guyanne Christiane Taubira et d'autres personnalités écologistes.

Dominique Voynet a déploré cette initiative sur Twitter. L'ancienne candidate à la présidentielle s'est dite "dégoûtée que CohnBendit et Bové n'aient pas eu la générosité de laisser à @evajoly la primeur de l'appel à voter pour Hollande  #testostérone".

tweet_voynet

"15 jours de mobilisation permanente"

Eva Joly a elle aussi appelé dimanche au rassemblement derrière François Hollande pour "enfin sortir du sarkozysme", ce qu'elle avait déjà fait dès la conclusion de l'accord PS/EELV à l'automne après quelques tergiversations.

Du Bataclan, où se déroulait la soirée électorale des écologistes, en l'absence de personnalités telles que Daniel Cohn-Bendit, Noël Mamère ou Yves Cochet, elle a appelé "à faire des 15 jours qui viennent 15 jours de mobilisation permanente".

Malgré une victoire surprise éclatante à la primaire contre Nicolas Hulot l'été dernier, la campagne d'Eva Joly a été émaillée de polémiques, voire de maladresses : demande de suppression du défilé du 14 juillet, tergiversations sur la consigne du second tour, polémiques sur des jours fériés pour juifs et musulmans, critiques émanant de son propre camp...

Les législatives dans le viseur

A la différence des cadres du parti, les militants ont globalement salué la campagne d'Eva Joly dimanche. A l'image de Colia : "Elle a été formidable. C'est vraiment une femme très intelligente, très engagée, très digne et malgré tous les coups qu'elle a pu avoir, elle a vraiment très bien bossé". Et la militante d'ajouter : "clairement, l'élection présidentielle n'est pas faite pour les écologistes".

Désormais, le second tour mobilise les troupes vertes, ainsi que les législatives du mois de juin. "J'ai le sentiment que rien n'est gagné pour la gauche. Il va falloir tous être hyper mobilisés et après il y a les législatives où je pense qu'Europe Ecologie Les Verts remontera beaucoup plus haut", confiait un militant dimanche.