Le Chant des Partisans interdit le 18 juin

  • A
  • A
Le Chant des Partisans interdit le 18 juin
@ MAXPPP
Partagez sur :

La mairie de Bollène a interdit la diffusion du chant, provoquant la colère d’anciens combattants.

Le Chant des Partisans contre la Marseillaise. Lundi dernier à Bollène, dans le Vaucluse, les commémorations de l’appel du 18 Juin ont dégénéré en affrontements sonores.

Au cours de la cérémonie, organisée par la mairie d’extrême-droite, un groupe d’anciens résistants a entonné le Chant des Partisans, qui rend hommage aux résistants morts lors de la Seconde guerre mondiale. Or, ce chant n'est plus au protocole officiel dans la ville depuis 2008, sur décision de la maire Marie-Claude Bompard ( Ligue du Sud), l’épouse de Jacques Bompard, le maire d’Orange, qui a créé ce mouvement, inspiré de la Ligue du Nord italienne.

Le matériel de sonorisation saisi

En guise de réponse, un groupe d’élus s’est alors mis à chanter la Marseillaise, avant que la police municipale n’intervienne pour saisir le matériel de sonorisation qui diffusait le Chant des Partisans.

L’incident a beaucoup choqué Jean Roudil, l’un des interprètes du Chant des Partisans lundi. "Je chantais le Chant des Partisans à 17 ans, je ne vois pas pourquoi à 85 ans on voudrait m'interdire de le chanter et me déclarer hors-la-loi !", témoigne dans ce reportage de France 3 cet ancien combattant.

Les communistes accusés d’avoir « provoqué sciemment l’incident »

La mairie cherche de son côté à minimiser l’incident. "A chaque cérémonie, nous choisissons un hymne qui colle. Pour l'appel du 18 juin, le Chant des Partisans n'est pas au programme. Il sera en revanche joué le jour de la libération de la ville" le 26 août, déclare André-Yves Beck, adjoint délégué aux finances et à la communication. Il accuse ses « amis communistes » d’avoir « provoqué sciemment un incident".

La fédération du Vaucluse du parti communiste "assure de son soutien les citoyens médaillés militaires pris à partie" à cette occasion, dans un communiqué publié jeudi.

"En refusant que soit chanté le prestigieux Chant des Partisans sous de fallacieux arguments anti-communistes, l'extrême droite montre une fois de plus son vrai visage, celui du révisionnisme, du mépris des Résistants et de leurs familles et de sa haine anti-communiste", estime la fédération. La polémique est lancée.