Le cas Ferry excède les députés UMP

  • A
  • A
Le cas Ferry excède les députés UMP
Le philosophe Luc Ferry est accusé d'avoir occupé un emploi fictif à Matignon@ MAXPPP
Partagez sur :

Ils comptent bien demander des explications à François Fillon, mardi en réunion de groupe.

Pris dans une double tourmente suscitée par ses accusations de pédophilie contre un ancien ministre et son absentéisme à l'université de Paris-VII, Luc Ferry excède désormais les députés UMP. Ces derniers comptent d’ailleurs faire remonter leurs états d’âme, mardi, lors de la réunion du groupe UMP à l’Assemblée nationale.

Matignon rembourse, grogne dans les circonscriptions

Tout a commencé la semaine dernière, quand Le Canard enchaîné a révélé que Luc Ferry avait touché environ 4.500 euros mensuels net de l'université de Paris-VII, pendant l'année 2010-2011, sans donner de cours.

Vendredi soir, Matignon annonçait dans la foulée sa décision de rembourser à l'université ces salaires, dans la mesure où Luc Ferry préside le Conseil d'analyse de la société, organisme rattaché au Premier ministre, où il perçoit une indemnité de 1.700 euros.

"Ferry se pavane sur les plateaux de télévision"

"Les effets d’une telle décision sont dévastateurs auprès de nos concitoyens", concède un des piliers de la majorité avant d’ajouter : "dans ma circonscription, on a eu à répondre de ce remboursement".

Un sentiment de colère partagé par le député UMP de la Mayenne,Yannick Favennec. "Ce sont les Français qui vont payer... D’un côté, on a des gens au RSA, à qui on va demander de travailler quatre ou cinq heures par semaine et de l’autre Luc Ferry, qui se pavane sur les plateaux de télévision et qui empoche 6.200 euros tous les mois, sans fournir une heure de travail", s’est indigné le député, mardi sur Europe 1.

Selon lui, Luc Ferry devrait rembourser cette somme, sur ces deniers. Une proposition que Ségolène Royal avait avancée dimanche.

A Matignon, officiellement, il n’y a pas d’affaire Luc Ferry et il est hors de question de revenir sur ce qui a été décidé.